Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 23:36

 

Mr le Président, Mmes de la cour et Mr l'avocat général,

Je vous remercie de me donner la parole.

Je vais m'adresser à vous aujourd'hui, non pas en tant que victime, mais en tant que présidente de l'association PPP, puisque j'ai été convoquée à cette audience en tant que telle. 

Je tenais avant toute chose à saluer le courage et la dignité des victimes qui ont témoigné et vous ont ainsi apporté un aperçu de ce que nous, association, recevons comme témoignages depuis plus de 5 ans.

Elles viennent ici vous exposer des faits, mais aussi vous dévoiler leur intimité, leurs sentiments, ce qui demande une force extraordinaire, et je suis fière de cotoyer toutes ces femmes.

Néanmoins, il est inexact de dire que cette fraude touche 7106 victimes, nous sommes 7106 parties civiles, mais les victimes sont bien plus nombreuses.

J'écoute avec attention, ce que chacun a à dire dans cette affaire et j'essaie au mieux de mes capacités de compréhension, vu les circonstances, de me mettre à votre place, de comprendre chaque situation, chaque point de vue.

Mais, je vous avoue que, en tant que victime, et surtout en tant que représentante d'une association de victimes, mon niveau de tolérance face à certains propos, a atteint ses limites.

En effet, je ne peux plus entendre que nous souffrons du syndrome d'anxiété, comme s'il s'agissait d'un mal imaginaire.

Je ne peux plus entendre que le gel PIP était un gel extraordinaire.

Je ne peux plus entendre, quand on demande aux prévenus "Pourquoi n'avez vous pas dénoncé cette fraude ?" ... "J'aurai dû ... Nous aurions tous dû ".

Ces cadres, qui affirment, s'être battus pour stopper cette fraude, n'ont pourtant rien dit !

J'entends bien, et je peux même essayer de comprendre, quelles étaient leur situation, leur position. Quelles étaient les pressions qu'ils subissaient. Mais pour moi, cela n'excuse rien.

Une menace de dénonciation aurait pu être, comme l'a souligné Mr l'avocat général, une arme de persuasion pour tenter de forcer Me Mas à passer au tout Nusil.

Peut-être que çà n'aurait pas suffit, mais là au moins, je pourrais entendre "Nous avons essayé".  

Peut-être que passer au tout Nusil aurait entraîné 50% de licenciements et que, dans cette hypothèse, effectivement les prévenus subissaient des pressions intenses, mais aujourd'hui, où en sont-ils tous ces gens qui ne voualient surtout pas dénoncer ?

Ce ne sont pas 50% d'entre eux qui ont perdu leur emploi, mais la totalité.

Et puisque nous parlons des employés, pourquoi puisque tous savaient, ne sont-ils pas assis à côté des 5 prévenus ?

Sans exécutants, il n'y a pas de commanditaires. Tous ont, à des niveaux différents, une part de responsabilité, un degré de complicité ... TOUS !

Y compris ceux qui ne faisaient plus partie de l'entreprise lorsque la fraude a été découverte, mais y ont participé, pendant des années, affirmant misérablement n'avoir pas été, ou très peu au courant, à l'image de Mr Burel.

On trouve parmi les ex-employés de PIP, ceux qui avaient, selon leurs dires, choisi de se battre pour faire changer les choses sans user pour autant de toutes les armes.

Ceux qui rejettent toute la responsabilité, s'estimant "non pénalement responsable", à l'image de Mr Gossart. 

Et ceux qui ne sont, et ne seront même pas inquiétés, ce que je déplore.

Mais combien parmi eux se sont, ne serait-ce qu'un instant, mis à la place des patientes devenues victimes par leur faute ?

Combien se sont demandé réellement, quelles seraient les répercussions pour elles ?

Combien ont eu le courage de dire "STOP, je ne participe pas à çà ".

AUCUN ...

Aucun, parce que vous êtes des lâches !

Aucun, parce que votre confort financier passait avant les intérêts de milliers de personnes innocentes, contraiement à vous !

Aucun, parce que vous auriez dû ... Oui ... Mais vous vous êtes tus !

La peur de perdre vos emplois ?

La peur des répercussions ?

La peur de Mr Mas, le tyran ?

Celui là même qui se présente à la barre, travesti, sous ce "costume" de vieil homme, presque naïf, qui perd un peu la boule à cause de son âge, qui essaie de nous faire croire, qu'il n'était plus dans l'exécutif au sein de PIP, mais à qui on obéit au doigt et à l'oeil. Cet homme, par qui tout a commencé, que vous décrivez, vous, prévenus, comme étant colérique, comme celui à qui on ne peut pas s'opposer, comme celui qui peut devenir manaçant.

Mais ne vous y trompez pas, Mr Mas, quelles que soient les guenilles que vous porterez, quels que soient les stratagèmes dont vous userez, vous pouvez déployer tous les efforts du monde pour essayer de montrer une image de ce que vous n'êtes pas, peronne n'est dupe.

Une chose est sure, c'est que vous ne laissez personne de marbre.

Vous avez suscité l'angoisse, la colère, la peur, la peine ... Vous avez même réussi à me faire rire.

Vous êtes fort, très fort pour manipuler et parvenir à vos fins.

Mais pas assez pour que j'entre dans votre jeu pitoyable. Pas assez pour que je ne crois une seule de vos paroles, et encore moins, pour me laisser penser que vous auriez cessé, à quelque moment que ce soit de tirer chaque ficelle de PIP.

Vous n'êtes pas le seul responsable, c'est vrai, et vos accolytes, vos complices, essaient pourtant de se dédouaner plus ou moins en se cachant derrière vous, mais TOUS ici, vous êtes coupables.

Vous avez choisi sciemment, Mr Mas, d'utiliser des produits industriels et impurs, non destinés, en tout cas à cet usage, pour fabriquer des dispositifs médicaux, dont vous saviez pertinement, que le devenir était de demeurer des années dans le corps de milliers de personnes, sans vous soucier un seul instant des conséquences, et vous, Mme Font, Mr Brinon, Mr Gossart et Mr Couty, y avez contribué en vous taisant et en laissant faire. 

On me parle aujourd'hui de tableaux, de chiffres, de pourcentages, pour essayer de démontrer, que le gel PIP n'est pas dangereux, mais nous n'avons pas assez de recul pour l'affirmer.

Personne aujourd'hui ne peut nous certifier que dans 5 ans, 10 ans, les résidus de ce gel si merveilleux, présents dans le corps des victimes, n'entraîneront pas des maladies graves ou irréversibles, pas même Mr Mas, le sachant !

Notre réalité, Mesdames et Messieurs, ne se résume pas à un tableau rempli de chiffres !

Notre réalité, ce sont des inflammations, parfois persistantes, des maladies auto-immunes, des siliconomes, souvent douloureux.

Notre réalité n'est pas un syndrome d'anxiété, non ! 

Mais une angoisse tellement profonde, liée à l'incertitude, la souffrance physique ou morale au quotidien, les examens médicaux, les traitements.

Une réopération non desirée, non réfléchie dans des conditions normales, presqu'imposée par la peur.

Une réopération recommandée par Mr Xavier Bertrand, Ministre de la santé à l'époque, certes, au nom du principe de précaution, mais motivée par u doute suffisant.

Mais aussi et surtout, une réopération avec les risques qui y sont liés et qui, à mon sens, suffisent à justifier que nous sommes bel et bien face à une tromperie aggravée.

Aggravée, parce que vous nous avez exposées à ces risques.

Aggravée, parce qu'on ne joue pas avec la santé des gens.

Nous ne sommes ni des cobayes, ni des chiffres d'affaires qu'il faut réaliser à n'importe quel prix.

Nous ne sommes ni des numéros de dossiers, ni des statistiques !

Nous sommes des mères, des soeurs, des filles, des épouses ...

Nous sommes Annie, Charlène, Tonina, Céline, Marie Jeanne, Michelle, Jane, Joëlle, Amy et des milliers d'autres.

Nous sommes la voix de celles qui souffrent à cause de vos actes !

Je concluerai en reprenant une déclaration qu'à faite hier le représentant du TÜV "Je n'accepte pas que votre client ne prenne pas ses responsabilités".

Et bien, sachez que nous, vos victimes, ne l'acceptons pas non plus, et ce, pour chacun d'entre vous.

Nous avons la force et le courage nécessaire et je peux vous garantir, que vous nous retrouverez face à vous, jusqu'à ce que vous soyez enfin puni pour tout le mal que vous avez causé.

 

Merci à Alexandra d'avoir parlé pour toutes celles qui n'osent pas ...

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

anonyme 02/01/2016 23:49

Pourquoi, un tel échec???

Victime de prothèses PIP 03/01/2016 00:11

Bonsoir,
De quel échec parlez vous ?

Icone rssIcone facebook

 

 

 

 

 

Cliquez sur ENQUÊTE ci-dessus, quelques minutes pour évaluer l'information reçue avant votre implantation de prothèses mammaires?

Quelle que soit la marque de vos implants.

 

PIP : Sur la bande FM

Ecoutez les dernières informations
concernant l'affaire PIP ...

L'affaire PIP : Les vidéos

Affiche vidéo

Visionnez ici les différents reportages

dédiés à l'affaire PIP ...

Statistiques

Date de création : 22/02/2011

Articles : 339

Visiteurs uniques : 165 779

Pages vues : 367 867

Commentaires : 1438