Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 09:33

http://actualite.benchmark.fr/depeche/une/photo_1325511351106-3-2diaporama480x320.jpg

 

Je pensais que la traditionnelle "trêve des confiseurs" nous laisserait un peu souffler, que je pourrais enfin me reposer un peu loin de toutes ces polémiques autour de ce tristement célèbre scandale sanitaire des prothèses mammaires PIP.

 

Et bien NON, tous les jours, une nouvelle information, plus sordide que celle de la veille !

 

Je vais essayer de faire une synthèse de ce qui est paru cette dernière semaine, sans ordre précis.

 

La composition du gel

 

Hier, le journaliste Georges Brenier, sur RTL, a affirmé avoir découvert la composition réelle du gel utilisé par PIP (voir et écouter ici).

Très étonnant, hallucinant ... nous savions depuis le début qu'il ne s'agissait pas du gel médical conforme mais que c'était un gel industriel, mais sans aucune précision.

 

Baysilone, Silopren, Rhodorsil : Ces composants sont inconnus du monde médical et relèvent exclusivement de l’usage industriel. L’huile de silicone Baysilone, est ainsi généralement employée comme additif pour des carburants ou des tubes en caoutchouc. Le Silopren est pour sa part un type de silicone courant dans les installations électriques, telles les lignes à haute tension. Enfin, le Rhodorsil, toujours composé en partie de silicone, est utilisé, entre autres, pour protéger les dispositifs électroniques. Non destinés à des usages médicaux, la toxicité de ces trois composants pour la santé humaine n’a jamais été évaluée précisément.

 

Ce qui me choque, c'est que ce sont les ex-employés qui expliquent tout cela, un an et demi après la découverte de l'affaire, alors qu'ils auraient pu se manifester beaucoup plus tôt et éviter tous les dégâts occasionnés chez les femmes qui portent ces prothèses.

 

Pourquoi n'ont-ils rien révélé avant ? Pourquoi le révèlent-ils aux médias plutôt qu'aux autorités judiciaires ou sanitaires ?

 

Ils se sont révolté contre leur patron, mais ont-ils pensé une seule seconde aux femmes chez qui on implanterait ces prothèses frauduleuses ?

 

Les autorités sanitaires

 

Autre information largement reprise, la FDA, l'agence de contrôle des médicaments américaine, avait visité le site de production de PIP et avait relevé de nombreux problèmes quant à la fabrication et aux contrôles de qualité des prothèses. Interdiction de vente aux USA dès l'an 2000.

En Angleterre, c'est en 2007 que PIP est condamné pour prothèses défectueuses et fuite gel de silicone. (voir ici)

L'AFSSAPS affirme ne pas avoir été au courant !

 

Les cas de cancer

 

Il est dénombré à ce jour, 20 cas de cancer chez les porteuses de prothèses PIP. 

Aucune preuve n'ayant été établie quant à l'imputabilité du gel frauduleux, d'après l'INCa, Institut du Cancer. 

 

Dans un souci de transparence, l'AFFSAPS a publié ces chiffres le 30 décembre, date bien mal choisie pour calmer l'angoisse des femmes, moment où très peu d'interlocuteurs pouvaient les rassurer. (voir ici)

 

Le procès

 

Il semblerait que les choses se précisent pour l'automne 2012.

 

En France, 2400 plaignantes pour "fraude et tromperie aggravée", plainte contre l'AFSSAPS et le TÜV par une association de victimes, une enquête ouverte pour "homicide involontaire", des patientes qui attaquent leurs chirurgiens pour "manquement au devoir d'information", la Caisse nationale d'assurance maladie a déposé plainte au pénal "pour tromperie aggravée et escroquerie".

 

Suivra, le procès au civil pour les préjudices subis par les victimes ...

Quelques années de procédure à prévoir !

 

Qui va payer ?

 

Aujourd'hui, c'est la collectivité qui prend en charge les femmes, certes pas complètement pour toutes.

 

Les assurances de l'entreprise PIP ne couvriront pas la fraude, celles des chirurgiens, peu probable, ils n'ont commis aucune faute, les victimes ne sont pas prêtes d'être indemnisées ! (voir ici

 

Reprise de l'activité par les enfants de Jean Claude Mas

 

En juin dernier, le MDFPIP avait découvert que la société PIP renaissait de ses cendres.

Isabelle Duriez, du magazine Elle, nous dévoile le "business plan" de cette société. (voir ici)

Il semblerait que le "tapage médiatique" fait autour des implants PIP ces derniers temps gêne le démarrage de cette entreprise et soit abandonné, j'en suis personnellement ravie !

 

A  l'étranger 

 

Avant la liquidation, les ventes "export" de PIP, qui produisait quelque 100 000 prothèses par an et fut un temps numéro trois mondial du secteur, représentaient 84% de son activité, précise le jugement de liquidation judiciaire du tribunal de commerce de Toulon.

Les implants étaient alors diffusés par une soixantaine de distributeurs dans plus de 65 pays, auprès des chirurgiens, hôpitaux, cliniques.

 

Parmi ses marchés de prédilection figurait l'Amérique du Sud (Venezuela, Brésil, Colombie, Argentine...): plus de 58% des ventes export en 2007 (50% en 2009). L'Europe de l'Ouest (Espagne, Grande-Bretagne, Suède, Allemagne, Italie, Belgique, Pays-Bas, Portugal, Suisse...) était l'autre grande région d'exportation (27 à 28%). Parmi les autres clients de PIP, figurait l'Europe de l'est (Bulgarie, Hongrie, Russie, Biélorussie, Pologne, Tchéquie), passée de 5,4% des ventes export en 2007 à 10% en 2009. La société vendait aussi en Iran, Turquie, Israël, Syrie et dans les Emirats, de même qu'en Australie, Thaïlande, au Japon, à Singapour, en Chine.

 

L'Italie, la Grande Bretagne, le Vénézuela lancent des enquêtes. (voir ici)

En Angleterre, les femmes seraient plus nombreuses qu'en France, et les problèmes avaient déjà été signalés en 2007. (voir ici)

Les distributeurs étrangers s'attaquent à TÜV Rheinland l'organisme de certification allemand, qui a comme atout d'être solvable contrairement à PIP. (voir ici)

 

 

Je n'ai pas été exhaustive, mais j'ai essayé d'aborder les dernières révélations faites dans la presse pendant les fêtes de fin d'année.

 

J'aurai l'occasion d'approfondir ces sujets dans les jours qui viennent, c'est malheureusement une certitude, nous ne sommes pas au bout de nos découvertes.

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Victime de prothèses PIP 22/01/2012 11:26

Il n'est effectivement pas normal que la communauté paye pou une fraude, nous sommes d'accord.

Mais il es également anormal, que des hommes et des femmes se permettent de juger sans savoir.

Je vous laisse méditer, c'est connu, mais toujours bon à rappeler :

Quelqu'un vint, un jour, trouver le grand philosophe et lui dit :
- Sais-tu ce que je viens d'apprendre sur ton ami ?

- Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes, j'aimerais te faire passer un test, celui des trois passoires.

- Les trois passoires ?

- Mais oui, reprit Socrate. Avant de raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l'on aimerait dire. C'est ce que j'appelle le test des trois
passoires.

La première passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?

- Non.. J'en ai seulement entendu parler...
- Très bien. Tu ne sais donc pas si c'est la vérité.

Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté.
Ce que tu veux m'apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bien ?
- Ah! non. Au contraire.

- Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n'es même pas certain qu'elles soient vraies.

Tu peux peut-être encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l'utilité.
Est-il utile que tu m'apprennes ce que mon ami aurait fait ?
- Non.. Pas vraiment.

- Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n'est ni vrai, ni bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ?

Si chacun de nous pouvait méditer et mettre en pratique ce petit test... le monde se porterait peut-être mieux.

Sanscontrefaçon 21/01/2012 22:27

Réponse à commentaire n°6

Qui s’apitoie sur ces femmes ?
Oui, elles ont dépensé beaucoup d’argent, et alors ?
Cela vous dérange ?
Non personne ne leur a demandé de se faire poser des prothèses.
Pas plus qu’elles ont demandées à ce que l’on leurs mettent des prothèses défectueuses.
Et certainement pas pour comme vous le dites « aller mettre leurs seins siliconés sous le nez des hommes »
Quand bien même, si certaines femmes l’auraient fait pour ça, qui êtes vous pour les juger ????
Certainement une pauvre femme jalouse, aigrie.
A contrario de vous, je vous comprends, car pour tenir de tels propos, vous devez être atteint du mal de la stupidité et de la méchanceté gratuite.
De ce fait, vous êtes plus à plaindre qu’à blâmé Marie, car le mal qui vous ronge, même avec une prise en charge intégrale de la sécurité sociale est incurable.
Pour un petit cerveau comme le vôtre, hélas, il n’y a rien à faire.
Je ne vous pas salue Marie sans grâce.

marie 21/01/2012 20:41

je ne comprends pas pourquoi on s'appitoie sur le sort des femmes porteuses de protheses. elles ont dépensé beaucoup d'argent pour se mettre des bouts de plastique dans les seins pour après aller
mettre leurs seins siliconés sous le nez des hommes. personne ne leur a demandé de faire ca. et il faudrait encore qu'on leur rembourse les frais pour retirer les protheses. limite je comprends
qu'on rembourse pour les femmes qui se sont fait faire une reconstruction mammaire mais pas pour les femmes qui ont fait ca pour avoir des gros seins. puis encore heureux qu'on leur rembourse pas
la pose de nouvelles protheses. et puis pour les femmes qui disent qu'elles ne ressembleront a rien si elles n'ont pas de nouvelles protheses, on s'en fout que vous soyez moches, c'est votre
probleme pas le notre. la securité sociale est deja bien surendetté et maintenant a cause de vos conneries ca va pas s'arranger.

coupdegueule 06/01/2012 20:21

Gel non médical utilisé pour la fabrication des implants PIP
Vingt cas de cancers déclarés.
Deux décès.
Aucune certitude absolue qu’il n’y a pas de causalité avec les implants mammaires PIP.

C’est l’affolement total, les femmes veulent se faire retirer ces implants avec ou sans, ruptures ou fissures avérées.

Que leur dit-on ?
La sécurité Sociale prend en charge la dépose….
Le syndicat des chirurgiens plasticiens a demandé aux chirurgiens de faire un effort en pratiquant des tarifs raisonnables pour la repose.
Des laboratoires se sont manifestés pour fournir gratuitement ou à prix coûtant des prothèses.

Le coût à la charge des patientes, devrait se situer donc entre 1000 et 1500€ auquel faut rajouter les visites post opératoires (entre 45 et 90€) ainsi que le soutien gorge spécial (de 50 à
80€)

Beaucoup de femmes ont pratiqué cette intervention il y a - de 5 ans.
Les chirurgiens leur avaient annoncé une durée de vie des prothèses de 10 ans minimum.
La Société PIP garantissait ses prothèses 10 ans
Ces femmes et certainement d’autres n’ont donc pas le budget nécessaires pour une ré intervention qui n’était absolument pas prévue dans un laps de temps si court.
Elles n’ont plus confiance pour se faire réimplanté des prothèses mammaires
Elles ont l’angoisse d’une nouvelle anesthésie générale

La situation psychologique de certaines femmes devient préoccupante.

Pour ces femmes dont la reconstruction faisait suite à un cancer du sein ou tout simplement pour ces femmes qui on eu recours à la chirurgie esthétique, comment aujourd’hui peuvent elles faire
confiance, aux chirurgiens, aux autorités sanitaires, aux institutions de contrôles, etc….Comment aujourd’hui peuvent-elles avoir la certitude qu’on leur réimplante des prothèses « saines »

Aujourd’hui nous avons connaissance des propos tenus par Jean-Claude Mas, lors de son audition par les enquêteurs de la gendarmerie de Marseille.
Celui-ci se vante d’avoir sciemment utilisé du gel non-conforme, de s’être moquer des autorités de contrôles et ceci avec la complicité de ses collaborateurs et des employés de l’usine.
Ce Monsieur se gore de n’avoir ni remord ni regret à l’égard des victimes, voir même avoir du mépris en disant que ces femmes ne recherche que l’argent ….

Nous apprenons que le Docteur Marinetti de la clinique Phénicia à Marseille, avait en 2008 alerté l’AFSSAPS sur des ruptures anormales de ses prothèses, qu’aucune réponse ne lui avait été
faite.
Si ce chirurgien avait constaté des anomalies ……il ne doit pas être le seul à l’avoir constaté …..
Qui est coupable ?????
L’AFSSAPS, pour ne pas avoir, plus tôt dénoncé la fraude ?
Les chirurgiens qui ont continué à poser des prothèses défectueuses ?
L’agence de contrôle, la TUV ?
Jean-Claude Mas le dirigeant ?
Les employés de l’usine qui depuis + de 10 ans savaient ?

Et bien moi je dis TOUS, TOUS sont COUPABLES
Et tous ne sont pas insolvables…..

Que justice soit faite !!!!!!

COUPDEGUEULE 06/01/2012 20:17

Gel non médical utilisé pour la fabrication des implants PIP
Vingt cas de cancers déclarés.
Deux décès.
Aucune certitude absolue qu’il n’y a pas de causalité avec les implants mammaires PIP.

C’est l’affolement total, les femmes veulent se faire retirer ces implants avec ou sans, ruptures ou fissures avérées.

Que leur dit-on ?
La sécurité Sociale prend en charge la dépose….
Le syndicat des chirurgiens plasticiens a demandé aux chirurgiens de faire un effort en pratiquant des tarifs raisonnables pour la repose.
Des laboratoires se sont manifestés pour fournir gratuitement ou à prix coûtant des prothèses.

Le coût à la charge des patientes, devrait se situer donc entre 1000 et 1500€ auquel faut rajouter les visites post opératoires (entre 45 et 90€) ainsi que le soutien gorge spécial (de 50 à
80€)

Beaucoup de femmes ont pratiqué cette intervention il y a - de 5 ans.
Les chirurgiens leur avaient annoncé une durée de vie des prothèses de 10 ans minimum.
La Société PIP garantissait ses prothèses 10 ans
Ces femmes et certainement d’autres n’ont donc pas le budget nécessaires pour une ré intervention qui n’était absolument pas prévue dans un laps de temps si court.
Elles n’ont plus confiance pour se faire réimplanté des prothèses mammaires
Elles ont l’angoisse d’une nouvelle anesthésie générale

La situation psychologique de certaines femmes devient préoccupante.

Pour ces femmes dont la reconstruction faisait suite à un cancer du sein ou tout simplement pour ces femmes qui on eu recours à la chirurgie esthétique, comment aujourd’hui peuvent elles faire
confiance, aux chirurgiens, aux autorités sanitaires, aux institutions de contrôles, etc….Comment aujourd’hui peuvent-elles avoir la certitude qu’on leur réimplante des prothèses « saines »

Aujourd’hui nous avons connaissance des propos tenus par Jean-Claude Mas, lors de son audition par les enquêteurs de la gendarmerie de Marseille.
Celui-ci se vante d’avoir sciemment utilisé du gel non-conforme, de s’être moquer des autorités de contrôles et ceci avec la complicité de ses collaborateurs et des employés de l’usine.
Ce Monsieur se gore de n’avoir ni remord ni regret à l’égard des victimes, voir même avoir du mépris en disant que ces femmes ne recherche que l’argent ….

Nous apprenons que le Docteur Marinetti de la clinique Phénicia à Marseille, avait en 2008 alerté l’AFSSAPS sur des ruptures anormales de ses prothèses, qu’aucune réponse ne lui avait été
faite.
Si ce chirurgien avait constaté des anomalies ……il ne doit pas être le seul à l’avoir constaté …..
Qui est coupable ?????
L’AFSSAPS, pour ne pas avoir, plus tôt dénoncé la fraude ?
Les chirurgiens qui ont continué à poser des prothèses défectueuses ?
L’agence de contrôle, la TUV ?
Jean-Claude Mas le dirigeant ?
Les employés de l’usine qui depuis + de 10 ans savaient ?

Et bien moi je dis TOUS, TOUS sont COUPABLES
Et tous ne sont pas insolvables…..

Que justice soit faite !!!!!!

Victime de prothèses PIP 04/01/2012 23:16

Christine, je ne sais que vous dire.
Pour le moment aucun lien n'a été trouvé entre ces prothèses et l'apparition d'un cancer.
J'ai une amie dans le même cas que vous, même schéma, élévations des marqueurs, changement de sa prothèse car c'était une PIP et que l'on ne trouvait rien. Récidive quelques mois après !
Les oncologues qui la suivent lui ont dit que sa récidive était prévisible, mais c'est vrai que çà reste troublant.
Si vous souhaitez qu'on en parle de vive voix, envoyez moi votre n° de fixe par le biais du contact dans la barre de menu.
Bon courage et meilleurs voeux pour 2012

Christine Moréno 04/01/2012 20:58

Et bien que dire !!!!!!! après un cancer, une reconstruction difficile, voici maintenant que je me retrouve victime de cette prothèse, obligée de me faire opérer pour l'enlever !!!! Depuis que je
l'ai, un an environ après, mes marqueurs sont monté durant deux sans que l'on trouve quoi que ce soit. Et, ce printemps,récidive. La prothèse peut elle y etre pour quelque chose ????? Je fais un
bilan le 20 janvier, je verrai à ce moment là !!!!

Victime de prothèses PIP 04/01/2012 18:50

Merci, j'essaie d'être objective !

wolff 04/01/2012 12:14

Merci! enfin pour la première fois je lis qqchose qui sait montrer du doigt toutes les parties coupables dans cette affaire! afssaps et compagnie! merci beaucoup

Icone rssIcone facebook

 

 

 

 

 

Cliquez sur ENQUÊTE ci-dessus, quelques minutes pour évaluer l'information reçue avant votre implantation de prothèses mammaires?

Quelle que soit la marque de vos implants.

 

PIP : Sur la bande FM

Ecoutez les dernières informations
concernant l'affaire PIP ...

L'affaire PIP : Les vidéos

Affiche vidéo

Visionnez ici les différents reportages

dédiés à l'affaire PIP ...

Statistiques

Date de création : 22/02/2011

Articles : 338

Visiteurs uniques : 165 058

Pages vues : 366 824

Commentaires : 1438