Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 15:34

ansm logo

 

 

Scandaleux, lamentable, inadmissible ....

Les mots me manquent pour décrire ce que je ressens...

 

 

Nous avons mis des années à convaincre les autorités sanitaires de suivre sur une longue période TOUTES les porteuses de prothèses mammaires afin d'étudier l'impact de ces dispositifs médicaux sur la santé des femmes.

En effet, comme pour tout dispositif médical, aucune étude clinique n'est réalisée avant la mise sur le marché. Ils sont évalués sur des dossiers de conception sans aucun contrôle des produits.

 

Les implantations sont réalisées uniquement à la suite de certifications "CE" qui ont largement prouvé leur inefficacité pour déjouer une fraude.

 

En juillet dernier, (ici), à grand renfort de publicité, l'étude LUCIE financée par l'ANSM, voyait enfin le jour.  Confiée à l'INSERM, dans l'unité de Florent de Vathaire, habitué à mener des enquêtes épidémiologiques de grande ampleur. (ici)

 

Cette étude devait suivre 100 000 femmes ayant porté ou portant des prothèses mammaires, toutes marques confondues, pendant 10 ans, afin d'évaluer les conséquences sanitaires, psychologiques et sociales liées au port de ces implants. 

 

Nous attendions également de voir si les femmes ayant porté des implants PIP avaient plus de problèmes de santé que celles implantées avec d'autres marques.

 

Or, nous apprenons, que l'ANSM, lors d'une réunion du conseil scientifique, a suspendu les crédits et l'INSERM devra présenter dans un délai de 6 mois, un nouveau protocole pour l'étude de faisabilité. Voir ci dessous.

 


 Etude Lucie (Etude de cohorte nationale des femmes porteuses ou ayant porté une prothèse mammaire)

Annick ALPEROVITCH (Présidente du conseil scientifique) rappelle que le protocole de l’étude LUCIE a été présenté au Conseil scientifique en décembre 2012. Cette étude répond initialement à la demande adressée par le Ministère de la Santé à l’ANSM, laquelle a confié à l’INSERM le soin de la mener. En 2012, le Conseil scientifique avait émis un avis réservé, dans la mesure où le protocole d’étude était insuffisamment précis. Le CS avait également préconisé la réalisation d’une étude de faisabilité. Pour les membres du CS, les résultats de l’étude de faisabilité qui ont été présentés ce jour ne permettent toujours pas de statuer sur la faisabilité de l’étude Lucie. Le CS émet donc à nouveau un avis réservé. Un nouveau protocole d’étude de faisabilité devra être proposé à l’ANSM et devra permettre de statuer dans un délai maximum de 6 mois (à partir de décembre 2014) sur la faisabilité définitive de l'étude.

 


 

Rappel : L'affaire PIP a été révélée en mars 2010, il a fallu attendre décembre 2012 pour que l'on envisage d'évaluer les problèmes de santé liées à ces prothèses et juillet 2014 pour que cette étude démarre ... Le moins que l'on puisse dire, c'est que nos autorités sanitaires manquaient d'enthousiasme !

 

Il est vrai que l'AFFSAPS, agence en responsabilité au moment de la découverte de ce scandale sanitaire sans précédent, n'a pas vraiment fait preuve de perspicacité dans cette affaire. (ici

 

Il est largement probable, au vu de tout ce que les femmes révèlent dans les différentes enquêtes (blog ici et association PPP), que les prothèses mammaires ne sont pas sans conséquences sur la santé.

 

Les bilans des explantations et des effets indésirables des PIP, effectués par l'ANSM ne sont plus publiés depuis janvier 2014, date du dernier comité de suivi ... Cela en dit long sur l'intérêt que nos autorités sanitaires nous porte !

 

Je reçois régulièrement des mails de femmes portant des prothèses d'autres marques me signalant des soucis, ruptures, inflammations, douleurs .... Le bilan publié par l'ANSM, concernant toutes les prothèses hors PIP, laissait également présager que ces implants ne sont pas sans conséquences et que leur durée de vie devait être revue à la baisse. (ici)

 

Cette étude dérange et tout est fait pour qu'elle ne se fasse pas ! (ici)

 

Mais elle est extrêmement importante pour nous et Florent de Vathaire et son équipe sont déterminés à la faire.

 

La réponse a apporter à l'ANSM est simple, il faut participer en masse à cette étude et prouver qu'elle est faisable et qu'elle doit être menée à son terme.

 

Il est important de savoir si ces dispositifs doivent rester sur le marché.

 

TOUTES les femmes porteuses de prothèses mammaires, ou ayant porté des implants, quelle que soit la marque, doivent s'inscrire et participer. Cliquez sur le logo et allez y !

 

Passez l'information à vos amies et connaissances concernées ...  

 

Lucie

 

Et n'oubliez pas de déclarer tous vos problèmes liés aux prothèses à l'ANSM, ils ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas ! (ici)

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Icone rssIcone facebook

 

 

 

 

 

Cliquez sur ENQUÊTE ci-dessus, quelques minutes pour évaluer l'information reçue avant votre implantation de prothèses mammaires?

Quelle que soit la marque de vos implants.

 

PIP : Sur la bande FM

Ecoutez les dernières informations
concernant l'affaire PIP ...

L'affaire PIP : Les vidéos

Affiche vidéo

Visionnez ici les différents reportages

dédiés à l'affaire PIP ...

Statistiques

Date de création : 22/02/2011

Articles : 338

Visiteurs uniques : 163 841

Pages vues : 364 977

Commentaires : 1429