Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 04:37

plaintes PIP

 

Presque 3 ans jour pour jour que ce scandale sanitaire sans précèdent a éclaté ... Où en sommes nous ?

 

Je voudrais tout d'abord faire une mise au point.


Depuis le début, les médias, les citoyens stigmatisent les Victimes ... parce qu'il s'agit de prothèses mammaires !

La chirurgie esthétique reste un tabou dans notre pays, les mentalités ont beaucoup de mal à évoluer malheureusement.


Cependant, cette fraude ne doit pas être un prétexte pour masquer les vrais problèmes.


Oui, 80% des Victimes ont eu recours à une intervention de chirurgie esthétique et 20% à une intervention de chirurgie réparatrice après cancer ou malformations.

 

Les citoyens bien pensants culpabilisent les premières et déplorent ce drame pour les secondes ... mais il n'y a qu'une seule catégorie de Victimes.

 

Elles sont TOUTES Victimes d'un individu malfaisant, Jean Claude Mas, qui pour se faire de l'argent, a fraudé et introduit dans les prothèses que son entreprise fabriquait, de la silicone industrielle impropre a être implantée dans un corps humain.

 

Elles sont TOUTES Victimes des organismes de contrôles et de certification qui se sont laissés berner par cet individu et tout le personnel de cette entreprise pendant plus de 10 ans.

 

Ce que tous ces bons citoyens oublient ou refusent d'admettre, c'est que cette fraude aurait pu et peut encore se produire sur n'importe quel autre dispositif médical implantable, prothèse de genou, de hanche, pacemaker, pompe à insuline ... Des milliers de dispositifs médicaux implantables sont certifiés et mis sur le marché selon les mêmes procédures que les prothèses mammaires.

 

Alors cessons de faire le procès des Victimes, mais condamnons les vrais coupables et corrigeons les failles du système qui ont permis que cette fraude puisse avoir lieu.


Un rapport d'une commission sénatoriale a pointé les problèmes et proposé des solutions ... rien n'a changé pour le moment ! (ici


Un procès hors norme va s'ouvrir le 17 avril prochain à Marseille.

 

De nombreux journalistes mettent un point d’honneur à " faire un sujet " sur l’affaire avant ce procès.

 

Les questions sont toujours les mêmes … Quel est votre état d’esprit ? Que pensez-vous de ce procès ? Qu'en attendez-vous ? …

 

Et bien, je suis encore très en colère, toujours aussi combative … d’autant plus que rien, de ce qui a permis que cette fraude puisse avoir lieu, n’a changé !

        

L’issue de ce procès est quasiment connue, les prévenus sont coupables, les preuves sont là et ils ont reconnus les faits … seulement, toute la chaîne de responsabilité ne sera pas étudiée et tous les responsables ne seront pas sur le banc des accusés.

 

Certes Monsieur Mas et son équipe ont fraudé, mais tous les employés savaient … pourquoi seulement ces 5 là ?

En effet, 120 personnes savaient et cachaient tout à chaque visite du certificateur.

 

La "société PIP (Poly Implant Prothèse)" en tant que "personne morale" n’est pas citée, ce qui interdit l’accès au liquidateur et aux assureurs pour les victimes.

 

TÜV Rheinland, qui a certifié ces prothèses pendant ces 10 années, est sur le banc des victimes … un comble ! Il a été trompé et ne s’en est même pas rendu compte … Il se prétend certificateur et s’octroie le droit de donner des certifications ! Il y a vraiment de quoi se poser des questions sur sa capacité à attester que des produits sont bons à être mis sur le marché en toute confiance.

Il avait la possibilité d’organiser des contrôles inopinés, de prélever des échantillons … Il ne l’a pas fait, manque de curiosité ? Juste le minimum légal …

 

Brentag, qui a fourni des quantités très importantes d'huile de silicone industrielle, impropre à être introduite dans un corps humain, à un fabricant de prothèses mammaires remplies de silicone, sans se poser de questions.

 

L’ANSM, ancienne AFFSAPS, n’est pas citée non plus, alors qu’elle n’a pas réagit aux alertes.

Comme dans l’affaire du médiator, elle n’a pas écouté, n’a pas réagit aux alertes en France ni à celles de l’étranger.

 

Les chirurgiens n’ont pas tous déclaré les problèmes qu’ils rencontraient avec ces prothèses aux autorités sanitaires … ce qui à encore ralenti le processus d’alerte.

Ils se sont juste contentés pour certains de signaler les ruptures à PIP de façon à obtenir des prothèses en garantie.

 

Donc, ce procès, organisé avec de très gros moyens, va coûter très cher aux contribuables que nous sommes, sans que les vrais problèmes ne soient évoqués et sans qu’aucune mesure ne soit prise pour qu’un tel scandale ne puisse plus se reproduire.

 

Le parc Channot à Marseille loué pour un mois, les victimes qui se déplaceront seront indemnisées, déplacements, hébergements, repas, pertes de salaires... Des estimations évaluent à 800 000 € le coût de ce procès, tout sera réglé par la chancellerie sans compter les éventuelles indemnisations !

 

 

Mon combat :

 

- Prise en charge de façon équitable de TOUTES les Victimes de cette fraude.

Le sujet n’est pas de faire le procès de la chirurgie esthétique, cette fraude aurait pu toucher n’importe quel autre dispositif médical implantable … prothèse de genou, de hanche, pacemaker, pompe à insuline …

 

- Instaurer un vrai suivi médical au long cours des victimes de cette fraude.

Aujourd’hui, personne n’est capable de nous dire ce que nous risquons à moyen ou long terme… cette silicone industrielle n’ayant jamais été testée pour une implantation dans un corps humain. Si une pathologie apparaît dans l’avenir, sans qu’un suivi de "cohorte" ne soit mis en place, rien ne pourra être attribué à ce produit et aucun recours ne sera possible.

 

- Création d’un fichier pour tous les dispositifs médicaux implantables, afin de pouvoir prévenir tout porteur rapidement en cas de défaillance.

30 000 femmes potentiellement porteuses de ces prothèses selon les autorités sanitaires, mais seulement 5 127 plaintes et 14 327 femmes explantées fin octobre 2012… Où sont les autres femmes ? Y a-t-il vraiment 30 000 porteuses ?

Aucun moyen de les identifier ni de les prévenir.

 

- Revoir les procédures de mise sur le marché de ces dispositifs médicaux implantables ainsi que les certifications.

Instaurer une traçabilité de la fabrication à l’implantation.

 

- Rappeler l’obligation de déclaration de matériovigilance en cas de problème afin que les autorités puissent réagir rapidement.

 

- Pouvoir déposer une plainte collective au nom d’association de victimes.

Ceci éviterait la multiplication de plaintes individuelles, la création de plusieurs associations défendant le même type de victimes et surtout simplifierait les démarches judiciaires et allégerait le travail des tribunaux… un problème, un interlocuteur et une seule affaire.

 

Hier, une nouvelle injustice a été révélée, la juge d'instruction Anaïck Le Goff en charge du dossier pour "blessures involontaires" trie les Victimes.


Elle écarte écarte du futur procès pour "blessures involontaires", dont la date n'est pas encore fixée, toutes les femmes qui se sont faites enlever ces prothèses frauduleuses sans que ces dernières ne soient rompues. (ici)

 

Pour elle, ces femmes ne sont pas Victimes puisqu'elles n'ont pas de séquelles !


Or, la définition d'une blessure en terme juridique est la suivante "atteintes volontaires ou involontaires à l'intégrité physique de la personne", crime ou délit puni selon les conséquences corporelles, la durée de l'incapacité totale de travail (I.T.T.), la qualité de la victime (mineur de moins de 15 ans, personne vulnérable, magistrat, etc.). [Le nouveau Code pénal sanctionne plus sévèrement les coups et blessures involontaires causés par un manquement délibéré à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements.]"  

 

Si une intervention chirurgicale n'est pas une atteinte à l'intégrité de la personne, je ne sais plus de quoi nous parlons !


De plus, il ne faut pas oublier les blessures morales de ces femmes. 


Elles ont appris qu'elles avaient dans leur corps des produits destinés à l'industrie, impropres à être mis dans un corps humain, personne n'en connaît les conséquences à moyen ou long terme. (ici)

Le ministre de la santé, les autorités sanitaires et les chirurgiens ont recommandé à ces femmes de se faire explanter ces prothèses, les imageries médicales étant incapables de déceler une éventuelle rupture. (ici)

 

Par peur ou par précaution, elles se sont faites opérer.

 

Certes, elles ont eu la "chance" contrairement à d'autres, que leurs prothèses ne soient pas rompues, mais imaginez un seul instant leurs inquiétudes et leurs angoisses. De plus, rien ne prouve que du gel n'est pas passé à travers la membrane de la prothèse.

Elles n'en restent pas moins Victimes et ont droit comme toutes les autres à une justice équitable. 

 

Les avocats ont fait appel de cette décision, tout va se jouer le 4 avril prochain, devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Aix-en-Provence.


Espérons que cette ordonnance d'irrecevabilité ne sera pas confirmée.


 

Article écrit par Victime de prothèses PIP

  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

catherine 09/04/2013 08:44

Si j'évoquais RMC, c'est que pour moi, c'est une des radios les plus réactionnaires et qui sait provoquer le débat autour d'un sujet comme le notre.

Victime de prothèses PIP 09/04/2013 07:04

Bonjour Catherine,

je pense que les médias sont informés.
Pourquoi RMC en particulier ...précisez votre pensée.

catherine 08/04/2013 14:36

Pourquoir ne pas solliciter la radio RMC pour dénoncer tout celà ?

Victime de prothèses PIP 06/04/2013 11:44

Bonjour Georgette,

Je comprend ce que vous ressentez ... C'est une évidence, nous sommes TOUTES marquées à vie par cette affaire et ce gel frauduleux.
Nous devons toutes rester unies et solidaires et réclamer justice et réparation.
Bon courage et prenez soin de vous

georgette G 05/04/2013 22:24

moi aussi je suis écoeurée , tout cela pour se retrouver au point de départ sans prothèse ,je n'en ai as remis pour causse pas CONFIANCE ! maintenant es ce le stress un malaise psychologique
j'ai mal partout des douleurs dans le dos ,les jambes

sous ma peau à l'endroit de la prothèse ça me gratte donc la prothèse à suinté
bref je suis mal sans en avoir l'air
le monde est il pourri à ce point ? c'est désespérant
georgette

Victime de prothèses PIP 05/04/2013 10:30

Bonjour Catherine,

Désolée de vous répondre si tard ... mais l'actualité liée au procès me prend énormément de temps.

Je suis tout à fait d'accord avec vous et c'est pour cette raison que j'ai écrit tous ces articles.

Gardez le moral et prenez soin de vous, vous n'êtes pas seule à vous battre.

Catherine 04/04/2013 16:16

Je suis très écoeurée des commentaires que l'on peut retrouver ici et là par une population qui méconnait le sujet.Un message sur LCI applaudit le juge de ne pas "américaniser" le procès en ne
dédommageant pas les plaignantes.
Je pense que ces personnes sont en bonne santé pour faire ce genre de remarque, qu'ils se mettent un instant à ma place, ablation d'un sein pour cancer, deux opérations + une troisième pour retirer
l'implant PIP, croyez-vous que nous le faisons par plaisir, croyez-vous que tout celà n'a pas d'impact sur la vie de couple, de famille et professionnelle. Retenons qu'il est bien plus injuste que
cet espèce de patron de PIP soit insolvable aujourd'hui, sorti comme si de rien n'était ?
Alors, merci aux lecteurs de réfléchir à ce qu'ils écrivent !
Je leur souhaite de garder la santé !

Victime de prothèses PIP 29/03/2013 19:40

Bonsoir Martine,

Tout à fait d'accord avec vous.
Des milliers de femmes vivent dans la peur et dans l'angoisse depuis 3 ans, elles attendent beaucoup de ce procès ... surtout qu'on prenne en compte leurs angoisses et leurs souffrances.
Espérons que les avocats sauront convaincre la juge qu'elle fait fausse route et que notre statut de Victime sera reconnu et respecté.
Bon courage à vous toutes

bricourt 29/03/2013 14:16

Au plus le procés avance au plus j'angoisse, nous allons nous faire attaquer de tout les côtés et franchement moralement c'est insupportable, encore une couche suplèmentaire, pourquoi MMe la juge
d'instruction écarte t'elle les victimes dont les prothèses n'étaient pas rompues et de quel droit, d'un cas comme de l'autre nous avons toutes subis des traumatismes très important,psysiquement,
moralement et beaucoup de stress, en plus c'est le courrier de l'afsaps ou ont devaient retirer les PIP pour nôtre santé nous n'avions pas le choix, toute cette affaire me rend malade.
Je suis révoltée et très en colère, personne ne comprends se que l'ont traversent et quand sera t'on en paix car notre santé est toujours en alerte avec tout sa, chaque cas est diffèrent mais se
qui est sur c'est que nous souffrons moralement et psychologiquement.

daudé 28/03/2013 09:50

Je pense qu ils vont sans sortir pas trop mal, avec cette justice Française, les lois chez nous sont faites pour toutes les crapules,a notre époque pour certaine affaire,nous sommes toujours sous
la loi de Napoléon.

Icone rssIcone facebook

 

 

 

 

 

Cliquez sur ENQUÊTE ci-dessus, quelques minutes pour évaluer l'information reçue avant votre implantation de prothèses mammaires?

Quelle que soit la marque de vos implants.

 

PIP : Sur la bande FM

Ecoutez les dernières informations
concernant l'affaire PIP ...

L'affaire PIP : Les vidéos

Affiche vidéo

Visionnez ici les différents reportages

dédiés à l'affaire PIP ...

Statistiques

Date de création : 22/02/2011

Articles : 340

Visiteurs uniques : 168 200

Pages vues : 371 485

Commentaires : 1442