Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 23:47

moi-proces.JPG

 

 

Madame la présidente, madame, messieurs, je vous remercie de me laisser témoigner.

 

Le 6 juillet 2009, un dépistage systématique diagnostique un cancer du sein. La tumeur fait 7mn, est de bas grade. Il est prévu une tumorectomie suivie de radiothérapie. Cette intervention a lieu le 18 août 2009. Tout se passe bien, aucun problème de cicatrisation.

Malheureusement, les analyses retrouvent un second foyer et nécessite une ablation totale du sein.

En contrepartie, je ne subirais pas de radiothérapie et pourrait bénéficier d’une reconstruction immédiate. Je ne voulais pas être mutilée.

 

Le 9 novembre 2009, je suis opérée à l’Institut Gustave Roussy, un gros client à vous Monsieur Mas. Une prothèse PIP m’est implantée.

Je vérifie sur internet et suis rassurée de constater que je porte une prothèse française fabriquée en France. Le résultat esthétique est parfait.

3 semaines après l’intervention, lors de la consultation de contrôle, mon chirurgien constate une importante inflammation et ne comprends pas.

Des douleurs articulaires importantes et invalidantes sont apparues.

 

Le 12 décembre 2009, je suis en province pour le mariage de mon frère, je sens de l’humidité sous mon bras et constate la réouverture de la cicatrice. Je protège en attendant de rentrer et je revoie mon chirurgien en urgence.

Il ne comprend toujours pas, referme la cicatrice et je reviens chaque semaine pour surveiller la cicatrisation.  Il signale le début d’une coque.

Début janvier, apparition rapide d’une coque stade 3-4. Incompréhension totale.

Nous nous donnons 3 mois pour faire le point et décider d’une réintervention.

Nous nous revoyons début avril comme prévu, la fraude a été révélée et le chirurgien me propose de changer ma prothèse. Il est scandalisé !

 

Le 3 mai 2010, nouvelle intervention, la prothèse a perdu 10% de son volume en 6 mois et du silicone est retrouvé dans la loge opératoire !

Grand nettoyage, mise en place d’une prothèse américaine.

Tout va bien, les douleurs articulaires disparaissent.

 

Le 6 juin 2010, à nouveau inflammation et retard de cicatrisation. Nouvelle intervention pour nettoyage et drainage en continu pendant 3 jours et 3 nuits afin de sauver cette prothèse. Le chirurgien me prévient que c’est la tentative de la dernière chance.

 

Le 14 juin 2010, jour de nos 30 ans de mariage, ablation définitive de la prothèse, la cicatrisation ne se fait pas et la prothèse est exposée, gros risque infectieux.

La plaie mettra plus de 2 mois à se refermer avec des pansements quotidiens.

 

En septembre 2010, nous décidons d’une reconstruction par lambeau dorsal avec une prothèse, la reconstruction initiale n’étant plus possible, la peau est très abîmée.

Dans un premier temps j’accepte … Puis m’étant beaucoup informée depuis le début de cette affaire, je renonce à la prothèse, je n’ai plus confiance.

 

Je suis obligée de porter une prothèse externe, ce que je ne voulais absolument pas.

 

Le 18 janvier 2011, reconstruction par lambeau dorsal sans prothèse, je suis avertie que je devrais subir 2 à 3 nouvelles interventions pour retrouver un volume suffisant avec des prélèvements de graisse réinjectés dans le sein reconstruit.

Suites opératoires longues, je garde le drain du sein 3 semaines au lieu dune habituellement et 1 mois celui du dos au lieu d’une quinzaine de jours. Je subirais 2 ponctions à cause du phénomène inflammatoire important. Une éruption cutanée apparaît à la sortie du drain, une biopsie conclut à une « dermite de contact » … Le gel ? Il faudrait en prélever de la prothèse pour l’affirmer mais c’est une hypothèse possible et qui ne sera pas vérifiée.

 

Dès le mois de mai, séances de kiné, 2 à 3 par semaines et j’en ai encore aujourd’hui.

 

Les 18 octobre 2011 et 2 juillet 2012, séances de lipomodelages, prélèvement de graisse sur d'autres parties de mon corps pour retrouver du volume. Suivies d’une cure de 3 semaines à la Roche Posay pour améliorer la qualité de la peau et diminuer les adhérences dorsales.

 

En novembre 2012, apparition d’une coque fibreuse sur la cicatrice dorsale.

 

En janvier 2013, une nouvelle intervention est programmée.

 

Le 12 mars 2013, intervention afin d’éliminer cette coque et de redécoller la partie dorsale très adhérente.

 

Avec tous ces arrêts, je suis arrivée en fin de droits et mise en invalidité catégorie 2 le 1er juin 2012 et licenciée pour inaptitude le 1er août 2012.

Vous avez contribué à l’augmentation des dépenses de la sécu et ce n’est malheureusement pas terminé …

 

Donc, je vous confirme Monsieur Mas que votre gel est le meilleur et qu’il n’est pas dangereux … moi aussi, j’ai de l’humour !

 

 

Vos excuses, vous les avez faites devant les caméras, pas face aux victimes.

Par respect pour le tribunal, vous pourriez couper votre portable, nous le faisons toutes.

 

Quant aux 4 autres prévenus, j’ai beaucoup de mal à comprendre et à admettre vos explications. Vous dites être sous l’autorité de Monsieur Mas et ne rien pouvoir changer mais vous dites aussi qu’il est à l’étranger la moitié de l’année … Pourquoi n’avoir rien fait en son absence ?

 

Monsieur Couty, vous aviez le pouvoir de décision. En matière de santé, les finances ne sont pas primordiales.

Vous avez cru ce qu’on vous a dit sur le gel. Je vous donne une arme et je vous dis ce n’est pas dangereux, vous me croyez sans vérifier … Drôle de responsable d’entreprise !

 

Comment pouvez-vous vous regarder encore dans la glace en sachant ce que vous avez fait ? Personnellement, je ne peux plus, les cicatrices et les séquelles me rappellent sans arrêt ce que j’endure par votre faute, même respirer et parler me le rappelle sans cesse. J’espère que vous ne pourrez plus vous regarder dans la glace sans penser à nous.

 

Arrêtez de vous rejeter les responsabilités, vous êtes tous responsables et coupables du mal que vous nous avez causé. Et pas seulement vous, comme vous l’avez déclaré Monsieur Gossart, mais tous ceux qui savaient dans cette entreprise et qui n’ont rien dit.

 

Vous étiez tous atteints par le silicone pour ne rien voir et rien entendre.

 

Non, Mademoiselle Font, vous n’avez pas été à la hauteur ! Vous avez pleuré sur vous pas sur nous. Nos chirurgiens sont très mauvais pour « abîmer » autant les prothèses.

 

Monsieur Brinon, comment pouvez vous regarder votre maman dans les yeux en sachant que vous avez continué ce que d’autres lui ont fait avant vous ? Pas de dangerosité du gel aujourd’hui, mais dans le temps, en êtes-vous sur ?

 

Certes les failles de nos systèmes de surveillance et de certification vont ont aidés, mais vous ne fabriquiez pas des bibelots destinés à être posés sur un meuble mais des prothèses destinées à être implantées dans des corps de femmes.

 

J’espère que les chirurgiens auront pris conscience de l’importance des déclarations d’évènements indésirables et que les procédures de contrôles, d’alertes et de certification changeront.

 

La désinvolture avec laquelle les employés ont témoigné est insupportable, votre manque total de conscience professionnelle est inadmissible. Cette « culture d’entreprise » basée sur le mensonge est indéfendable.

 

Vous avez privilégié vos emplois et vous nous avez occultées.

 

J’ai crée un blog en février 2011 pour suivre cette affaire et informez les femmes Victimes de cette fraude. Je reçois des témoignages du monde entier, tous plus dramatiques les uns que les autres … Nous serions 500 000 d’après les estimations. Ces femmes ne sont pas toutes prises en charge dans les meilleures conditions selon les pays.

 

Pourquoi ne prendre que les victimes à partir de 2001 et pas 1997, date de la certification, puisqu’il a été dit que la fraude avait commencé dès 1997 et même avant.

 

Nous sommes toutes anxieuses pour notre avenir.

 

Nous sommes toutes marquées à vie tant physiquement que moralement ainsi que nos maris, nos compagnons, nos enfants et nos amis, j’espère que vous porterez aussi cette faute grave sur votre conscience jusqu’à la fin de vos jours.

 

 

Madame la présidente, madame, messieurs, nous vous remercions d’avoir permis ce procès, nous croyons en la justice et espérons être entendues.

Nous étions accablées par nos problèmes de santé, nous le sommes plus après ce que nous avons entendu ici.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Victime de prothèses PIP - dans Témoignages
commenter cet article

commentaires

Victime de prothèses PIP 27/04/2013 21:25

Merci à vous toutes d'être à mes côtés, vous m'avez donné la force de témoigner pour nous toutes.

Oui, Michèle, il faut que la réglementation change, c'est en cours ... Il ne faut rien lâcher, c'est trop important.

Courage à toutes et prenez soin de vous

miziane fatma 27/04/2013 19:22

J ai garder les prothèse pip 9ans en 2010 on les a retire en urgence a cause d une coque avec inflammation hémorragies au point quo jours d aujourd'hui je n ai pu être reconstruite a cause des
douleurs de brulure que j ai de l intérieur.je n ai plus confiance dans les prothèse et j espère être reconstruite avec ma propre chair quand mon corps me le permettra pour pouvoir tourner la pache
de cette enfers.

veronique A 27/04/2013 11:37

Un grand MERCI,en toute simplicité mais avec beaucoup d'émotion

Association PPP 27/04/2013 10:40

BRAVO Joelle, pour ton temoignage poignant, pour ta force, pour ce que tu fais pour les victimes.

Michèle Foulain 26/04/2013 12:44

Notre combat ne s'arrêtera pas avec ce procès...Nous devons demander une réglementation plus stricte des contrôles ... plus jamais de laboratoire P.I.P Nos souffrances doivent servir d'exemple !

coccinelle 26/04/2013 10:03

Un seul mot "MERCI" Joëlle.
MERCI de la part des 50 milles femmes victimes de PIP.
Tu as dis ce que toutes les victimes pensent, avec des mots pesés sans haine, mais des mots d'une extrême justesse de vérité.
Il est difficile de faire confiance à présent, néanmoins, nous voulons croire à la justice, nous esperons qu'elle aura entendue et nous lui accordons notre confiance.
Amitiés
COCCINELLE

odil 26/04/2013 09:58

bravo Joelle!
pour votre courage et votre force pour batailler
j'espère que vous serez entendu asi que toutes celles qui soufrent.
odile

Georgette G 26/04/2013 01:19

Bravos Joëlle bien dit , que de souffrances et quel courage mais dans ces moment là nos forces sont décuplées
et l'on attrape la rage de vivre
bises et merci pour toutes ces femmes GG

Bri 26/04/2013 00:28

Très belle plaidoirie à la hauteur de l'enjeu. Félicitations Joëlle .Puissiez-vous être entendues comme il se doit. Amitié.Bri.

Icone rssIcone facebook

 

 

 

 

 

Cliquez sur ENQUÊTE ci-dessus, quelques minutes pour évaluer l'information reçue avant votre implantation de prothèses mammaires?

Quelle que soit la marque de vos implants.

 

PIP : Sur la bande FM

Ecoutez les dernières informations
concernant l'affaire PIP ...

L'affaire PIP : Les vidéos

Affiche vidéo

Visionnez ici les différents reportages

dédiés à l'affaire PIP ...

Statistiques

Date de création : 22/02/2011

Articles : 340

Visiteurs uniques : 168 200

Pages vues : 371 485

Commentaires : 1442