Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 20:37

                  SOFCPRE AFSSAPS

 

Les 30 et 31 mars derniers, nous avons été reçues à la SoFCPRE et à l'AFSSAPS.

Vous trouverez ci dessous le compte-rendu détaillé de nos 2 journées parisiennes riches en échanges constructifs. :0038:

Un grand merci à ceux et celles qui nous ont écoutées afin de prendre la mesure du vécu des victimes PIP. 

 


 

Compte-rendu du déplacement à Paris les 30 et 31 mars 2011 pour l’annonce des résultats de l’enquête de l’Afssaps et la rencontre du MDFPIP et de la SoFCPRE


Membres du bureau du MDFPIP présents : Murielle AJELLO, présidente – Joëlle MANIGHETTI, trésorière adjointe – Delphine PASTOR, secrétaire.

Ordre du jour du 30 mars 2011

Réunion avec trois membres du bureau du MDFPIP et préparation de la réunion avec le Professeur Revol de la SoFCPRE.

RDV avec le Professeur Marc Revol, secrétaire de la SoFCPRE :
- Accueil et présentation
- Présentation et discussion autour de notre rapport d’enquête concernant le vécu des victimes de l’affaire PIP
- Discussion autour d’un possible partenariat entre le MDFPIP et la SoFCPRE
- Proposition de rencontres à venir

Débriefing et préparation de la réunion du lendemain avec l’Afssaps

Ordre du jour du 31 mars 2011 

RDV avec Mme Christiane ANGOT, Chef de Département Vigilance à la DEDIM (Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux de l'AFSSAPS), de Madame Anne Charlotte SAILLY, Chef d'unité vigilances AFSSAPS-DEDIM et de Mme Cécile VAUGELADE, Adjointe au chef de département surveillance du marché à l 'Afssaps.

Débriefing et préparation du communiqué du MDFPIP diffusable.
________________________________________________________________________

1/ Journée du 30 mars 2011

Gare de Toulon : départ 8h15 – mise au point sur les derniers dossiers en cours et relecture du rapport d’enquête auprès des victimes par le MDFPIP.
Gare de Lyon, Paris : Arrivée 12h15 – Déjeuner
14h30 – 16h : préparation de la réunion avec le Professeur Revol
17h : RDV avec le Professeur Marc Revol, dans les locaux de l’Afnor à La Plaine St Denis

Présentation :

Après plusieurs échanges téléphoniques et par courriers électroniques, et aux vues des résultats de l’enquête menée par le MDFPIP auprès des victimes de l’affaire PIP (Poly Implants Prothèses) ; il est devenu impératif que le MDFPIP et la SoFCPRE (Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique) se rencontrent afin de discuter de la réalité du « terrain » vécu par les victimes par rapport aux remontées d’informations des chirurgiens auprès de la société savante.

Entretien :

Notre entrevue s’est déroulée sous de très bons hospices, avec une écoute attentive ; nous avons présenté nos résultats de l’enquête concernant les pratiques réelles des chirurgiens envers les victimes ; notamment en ce qui concerne leur accueil, leur conseil, leur connaissance de l’affaire PIP, leur proposition de prise en charge par la CPAM, leur tarification, etc. Puis nous avons abordé les difficultés à faire remonter les informations concernant les incidents auprès de l’Afssaps et les éventuelles solutions envisageables.

Il en ressort, aujourd’hui, un réel fossé entre ce que vivent les victimes et ce que les chirurgiens relatent de leur pratique à la Société Savante. C’est pourquoi, instantanément, le Professeur Marc Revol, nous a proposé d’intervenir lors de deux colloques réservés aux Chirurgiens de France courant de l’année. Nous en avons eu confirmation, le soir même, par les organisateurs et président de la SoFCPRE ; le but étant de frapper les esprits des participants en leur démontrant les lacunes qu’il reste à résoudre sur le terrain (accueil, conseil, tarification, prise en charge,…) et la méfiance qui s’est installée dans l’esprit des victimes envers leur chirurgien. 

C’est une avancée considérable, puisque ces colloques ne sont jamais ouverts ni au public, ni aux victimes, ni aux usagers. 

Il nous a été confirmé, qu’en principe, tous les chirurgiens sont conventionnés avec honoraires libres. En revanche, avant toutes interventions, il nous a été conseillé de visiter l’annuaire du conseil de l’ordre afin de vérifier si la spécialité du médecin est bien la chirurgie plastique (plasticien) – Rappel : l’inscription d’un chirurgien sur l’annuaire du conseil de l’ordre n’est pas un gage de qualité.

D’autre part, le Professeur Marc Revol nous a confié que la SoFCPRE a mis sur pied un nouveau dispositif pour améliorer leur réactivité face à ce type d’affaire. Et ce, afin que cela ne puisse se reproduire. Les détails de ces démarches seront communiqués officiellement le 21 mai prochain.

En conclusion, nous avons reçu un accueil très positif, car aujourd’hui, la SoFCPRE a conscience qu’elle ne peut et n’a pas le droit d’intervenir dans la relation « Médecin/Patient » ; en revanche, elle ne conçoit plus de résoudre les problèmes de cette envergure sans tenir compte du vécu des victimes. Donc, elle a besoin d’entretenir des relations avec notre association de défense des victimes afin de rester en contact avec la réalité du secteur. 

Notre entrevue s’est terminée à 19h30. Ensuite nous avons dîné en préparant la réunion du lendemain, dans les locaux de l’Afssaps.

2/ Journée du 31 mars 2011

8h30 : petit-déjeuner
11h : RDV avec Mme Christiane ANGOT, Chef de Département Vigilance à la DEDIM (Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux de l'AFSSAPS), de Madame Anne Charlotte SAILLY, Chef d'unité vigilances AFSSAPS-DEDIM et de Mme Cécile VAUGELADE, Adjointe au chef de département surveillance du marché à l 'Afssaps, dans les locaux de l’Afssaps à Saint-Denis.

Présentation :

Depuis l’affaire PIP, nos échanges avec les différents services de l’Afssaps ont été nombreux ; surtout en ce qui concerne les questions des victimes. Nous leur avons fait part, grâce aux résultats de notre enquête, que leur réactivité concernant l’interdiction d’implanter des prothèses de la marque PIP en mars 2010, a permis qu’aucune implantation n’ait été constatée après leur communication.

Entretien :

Nous nous sommes attachées à leur transmettre les données recueillies pouvant les aider à préparer l’avenir, en étroite collaboration avec la DGS (Direction Générale de la Santé) : le nombre de femmes explantées des implants PIP depuis l’annonce de la décision, nombre de femmes qui n’ont pas fait de visite de contrôle dans les 6 mois recommandés, les tranches d’âges touchées, le nombre de rappel de la part des chirurgiens, le nombre de personnes s’ayant vu refusé l’explantation, le taux de rupture maximum par type de prothèse, la relation entre les chirurgiens et leurs patients, les recommandations de la société savante non suivies, la prise en charge de la CPAM non proposée systématiquement par les chirurgiens, les refus de prise en charge de certaines CPAM, le nombre de femmes qui choisissent l’explantation sans la réimplantation, les autres effets secondaires et modifications des habitudes de vie, …

Nous les avons remerciées pour nous avoir suivies lorsque nous leur avions demandé de faire passer leur recommandation auprès des médecins généralistes, échographistes, radiologues, … Et non pas qu’aux chirurgiens. Malgré que cela n’a pu être effectué qu’en décembre 2010. Il nous a été confirmé que la remontée des incidents ne fonctionne pas entre l’Afssaps et les chirurgiens par manque de connaissance de ces-derniers sur le besoin de connaître les effets à long terme du gel de silicone et par le nomadisme des patientes.

Nous leur avons demandé, maintenant que l’on sait ce que les radiologues doivent chercher lors d’un examen, d’en faire un nouveau communiqué auprès de ces praticiens. Ce qui sera fait. 

Suite à cette affaire, dorénavant, tous communiqués sur les principes de précautions seront transmis systématiquement aux sociétés savantes de chaque corporation et aux médecins référents. 

Nous avons eu la possibilité de corroborer nos chiffres avec ceux de l’Afssaps, malgré que leur propre enquête a eu lieu en majorité en milieu hospitalier sur des patientes ayant effectuées des visites médicales. Le MDFPIP a quant à lui, touché une population plus large, ainsi que des victimes n’ayant pas effectué de contrôle médical.

Résultats :

A l’origine, nous nous sommes déplacées sur Paris afin d’assister à la présentation des résultats des tests sur le gel de silicone de la société PIP. Nous devrions être informées de ces résultats entre le 7 et le 15 avril 2011. 

Néanmoins, ce retard n’est en aucun cas lié à la teneur des résultats, mais à une mise en place administrative et technique interne lourde ; en effet, à ce jour, l’Afssaps n’ayant pas reçu le rapport écrit des analystes est dans l’incapacité à nous donner des résultats ; car il lui reste à faire :

- Le compte-rendu vulgarisé (dans un langage accessible à tous),
- La relecture par la société savante et les associations de victimes (acte restant confidentiel jusqu’à l’annonce officielle),
- La correction éventuelle par leur soin,
- Et la mise en place de tout le réseau d’informations national et international (sociétés savantes, clients PIP, patientes ayant fait une demande d’information à l’Afssaps, sécurité sociale, justice, pays étranger,…) pour que le jour J, tous reçoivent la même information au même moment.

Concernant les procédures de l’Afssaps : elles ont été légèrement modifiées, actuellement se déroule un contrôle général des laboratoires avec de nouveaux indicateurs et dispositifs mis en place suite à la découverte de l’organisation frauduleuse de la société PIP. Ces inspections sont notifiées et accompagnées de contrôles de produits systématiques.

Des discussions au niveau européen sont en cours pour refondre les directives afin d’éviter d’autres fraudes de cette ampleur.

Dans les prochains mois, une synthèse d’inspection sur l’affaire PIP sera publiée par l’Afssaps.

Cet entretien s’est terminé à 13h30.

14h-15h30 : déjeuner
16h-17h00 : débriefing et préparation du communiqué
17h30 : retour vers Toulon

3/ Informations complémentaires :

La Sous Directrice Politique des Pratiques et des Produits de Santé, de la DGS ne pouvait nous recevoir qu’à partir de 18h, heure à laquelle nous étions dans le train de retour. Ce RDV est reporté courant du mois d’avril.

Nous annoncerons officiellement les résultats de notre enquête auprès des victimes lors de notre Assemblée Générale qui aura lieu le vendredi 13 mai 2011.

ANNEXES

Explications sur l’organigramme de la Corporation des Chirurgiens :

A) La Société Savante (SoFCPRE) : 

La Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique est la société savante de la spécialité. Elle a pour objet principal la production et la diffusion de travaux scientifiques, la rédaction de référentiels, recommandations et guides de bonnes pratiques professionnelles. Avec le Collège, elle intervient aussi dans la formation continue.
Le Professeur Revol en est actuellement le Secrétaire.
Les conditions pour faire partie de la Société Savante : être chirurgien plasticien diplômé (15 ans d’études), apporter la preuve de son intérêt et de son implication dans la communauté des chirurgiens, avoir publié des articles médicaux d’intérêt général,… Le demandeur obtient plus ou moins de points (établis sur barème) qui appuie sa candidature ; ensuite son dossier passe au vote auprès d’un comité constitué de 20 personnes (chirurgiens).

B) SNCPRE : Le Syndicat National de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique :

A pour mission essentielle la défense des intérêts professionnels. Avec la Société et le Collège, il a fondé l’Organisme Agréé PLASTIRISQ, qui a pour objet la mise en œuvre de la procédure d’accréditation des chirurgiens plasticiens. 

C) CFCPRE : Le Collège Français de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique : 

A pour but la formation, initiale et continue, ainsi que l’attribution des compétences. Ses membres enseignants sont à la fois les universitaires, qui ont un rôle majeur dans la formation initiales, mais aussi des chirurgiens libéraux non universitaires, qui ont un rôle dans la formation continue.

Rappel de l’objet de l’association MDFPIP : 

Cette association a pour objet de regrouper les femmes porteuses d’implants et de prothèses mammaires dont le produit de remplissage est autre que le sérum physiologique dans le but de promouvoir l'exercice efficace et indépendant de leurs droits dans le cadre de fraude et de malversation en lien avec ce produit de remplissage (notamment dans le cadre du dossier affairant à la société Poly Implant Prothèse).
L'association aura notamment pour mission de donner aux victimes les moyens d'accès à une information pertinente et actualisée, de mettre en commun les informations et connaissances des membres du réseau dans un but de plus grande cohérence, d'agir auprès des pouvoirs publics si nécessaire, de participer à des colloques et des formations utiles à l'objet de l'association ou d'en organiser le cas échéant, de favoriser la solidarité et l’échange, de défendre et protéger les intérêts collectifs et individuels, pécuniaires et moraux des victimes dans les limites légales qui lui seront dévolues, d’obtenir considération et réparation de préjudices passés, actuels et futurs aux victimes et à leur famille ou ayants droits, ayant subi directement ou indirectement un préjudice corporel, matériel ou moral à la suite ou en relation avec l’implantation de prothèses mammaires.)

 


 

Ces 2 journées bien remplies ont été très productives.

Comme vous pouvez le constatez, les choses bougent. Cette malheureuse affaire remet en question le fonctionnement de nos institutions sanitaires.

Espérons que les enseignements seront tirés afin qu'un tel scandale sanitaire ne puisse plus se reproduire. :0107:

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP

 

Partager cet article

Repost 0
Porteuses de prothèses mammaires pip - dans Santé et institutions sanitaires
commenter cet article

commentaires

Icone rssIcone facebook

 

 

 

 

 

Cliquez sur ENQUÊTE ci-dessus, quelques minutes pour évaluer l'information reçue avant votre implantation de prothèses mammaires?

Quelle que soit la marque de vos implants.

 

PIP : Sur la bande FM

Ecoutez les dernières informations
concernant l'affaire PIP ...

L'affaire PIP : Les vidéos

Affiche vidéo

Visionnez ici les différents reportages

dédiés à l'affaire PIP ...

Statistiques

Date de création : 22/02/2011

Articles : 340

Visiteurs uniques : 168 330

Pages vues : 371 671

Commentaires : 1442