Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 22:45

prévenus pip

 

Aujourd'hui s'ouvrait la première journée des plaidoiries des avocats de la défense.




L'audience commence par la plaidoirie de l'avocat de la compagnie d'assurance de PIP, Allianz, Maître Coste Floret.

 

En effet, Allianz a été cité par une plaignante, cet "incident" de procédure ayant été versé "au fond" de l'affaire, il se doit de plaider.

Il s'est déjà expliqué les premiers jours sur la responsabilité d'Allianz, mais il se doit de plaider la nullité de sa citation dans ce procès ... paradoxe de la procédure ! 

 

Il n'y a aucun fondement textuel à ce que cette compagnie d'assurance soit présente dans cette enceinte. Les Victimes sont au centre du dossier, Allianz ne s'en désintéresse pas, il faura d'ailleurs réfléchir à leur indemnisation ... Ce procès est un procès de santé publique, il sera utile de mener une réflexion toute particulière pour toute affaire similaire.

 

Allianz a été débouté devant le tribunal de commerce de Toulon, mais un appel est en cours auprès de la cour d'appel d'Aix en Provence.

 

Un rappel des faits : Tout acteur de la santé est obligé de s'assurer, le Bureau Central de Tarification, BCT, a obligé Allianz a assurer PIP, qui avait été refusé par 2 autres compagnies (AGF et AXA), c'est la règle !

Le 30/06/2005, Allianz est obligé de prendre en charge PIP, le BCT fixe même le tarif car la société PIP a un système de qualité en place et une absence de sinistralité ... détail croustillant aujourd'hui avec ce que l'on sait !

 

Il y a eu 2 avenants en 2006 et 2007, nouvelle souscription car nouveau certificat du TÜV en 2008, renouvelé en 2009 et 2010. En mars 2010, Allianz apprend la fausse déclaration, la fraude ... donc nullité en droit du contrat aléatoire qui assure un risque pouvant se réaliser, or, la déclaration de sinistralité est fausse, le produit est illicite et non certifié, ce n'est dons pas un risque aléatoire mais une fraude. Le dossier pénal en cours suffit a établir la nullité du contrat.

 

Exclusions possibles notées dans le contrat :

- dommages résultants des violations délibérées de la profession.

- dommages causés par des problèmes connus de l'assuré (ici la défectuosité des prothèses est connue)

- faute intentionnelle.

 


 

Après cette plaidoirie atypique, nous écoutons Maître Boudot,

défenseur d'Hannelore Font. 

 

Il commence par une éloge du mot "défendre" ... il dit avoir été sali, explique qu'il est légitime pour défendre. Il a écouté et entendu les Victimes ... le sein adulé est devenu symbole de souffrance et de peur, elles doivent porter un nouveau regard sur elles-même.

 

Il ne minimise rien, ne nous méprise pas mais il doit défendre et veut un débat loyal et pas racoleur.

Il insiste sur le fait de ne rien tenir pour acquis si ce n'est pas vérifié et de concéder ce qui doit l'être.

Il refuse le délit non constitué, les MX et les asymétriques étaient remplies de Nusil.

 

Hannelore Font souffre et pleure sur elle et sur ce qu'on dit d'elle, elle se demande comment elle va élever son enfant qui entend des horreurs sur elle à l'école.

 

Il ne parlera pas de l'intérêt civil qui sera défendu par Maître Baas.

 

Il s'appuie sur le rapport scientifique anglais du NHS du 18 juin 2012, (ici), qui ne rapporte pas de toxicité ni d'irritation liée aux prothèses PIP.  Il n'est pas démontré de risque pour la santé humaine. 

 

Il évoque également le rapport de l'ANSM d'avril 2013 (ici) et parle notamment du taux de rupture. Ce taux est estimé de 3,1 % à 31 % selon les études, un rapport de 1 à 10 !

Elles rompent de 2 à 6 fois plus que les autres mais restent dans la norme pour toutes les prothèses.

 

Il demande la relaxe pour les circonstances aggravantes.

 

Les explantations préventives ont permis de trouver 20 % de ruptures qui n'avaient pas été décelées avant l'intervention ... Qu'en serait-il des explantations préventives des autres marques ?

Les causes ont de multiples origines ... sur 250 incidents, 80 % sur des prothèses TX ... il repart dans les explications sur l'enveloppe et le sucre utilisé pour les texturées. Il est impossible de relier les ruptures à autre chose que l'enveloppe ! 

 

La Transsudation : une étude de l'AFSSAPS qui compare les gel PIP1, PIP2 et Nusil montre qu'il n'y a pas plus de chaînes courtes dans le PIP1 que dans le Nusil et qu'elles ne transsudent pas plus. 

 

Il déplore qu'on ne retienne que les résultats qui arrangent dans toutes les études, ce n'est pas scientifique ... il n'y a pas de preuve scientifique.

 

Toute complication entraîne une réintervention ... si çà rompt plus, si çà transsude plus ou si c'est plus toxique ... l'explantation est un danger qui est la conséquence des 3 premières.

 

On ne peut pas intellectuellement admettre ce que les femmes disent de leur souffrance comme preuve, ce n'est pas scientifique. 

 

S'en suit une belle démonstration sur la pensée scientifique de Claude Bernard, nous parle de démonstration expérimentale pas admise sans contre épreuve ... acquise si acquise au delà du doute ! Mais le doute scientifique embête les parties civiles ... il faut de la rigueur pour définir l'aggravation ?

 

Il ne faut pas une condamnation au "maléfice" du doute,

pas de pression sur le tribunal.

 

Mademoiselle Font est coupable de tromperie, mais Monsieur Burel l'a formée, il savait depuis le début et paraissait dans l'organigramme de la nouvelle société et il n'est pas présent ici, pourquoi ?

 

Elle était jeune, tout le monde le faisait et il n'y avait aucun problème depuis 10 ans ... c'était seulement un problème réglementaire et c'était pas dangereux ...

 

Le phénomène de groupe altère les perceptions et fait faire des choses qu'on n'aurait pas fait seul  ... Elle aurait dû démissionner, mais qui parmi nous l'aurait fait ? ... Le climat de l'entreprise ... C'est plus facile de ne pas respecter les règles quand on le fait ensembles.

 

Elle a toujours déclaré la matériovigilance,  elle voulait changer les choses et mentait pour ne pas compromettre l'avenir de l'entreprise ... Elle a fait des comparaisons avec Mentor ... taux de ruptures comparable mais 80 % avec les TX et 20 % avec les lisses et les texturées !

 

La seule vraie alerte est en 2009, elle acceptait la fraude réglementaire parce qu'il n'y avait pas de problème de santé, mais quand elle sait, elle fait marche arrière. On peut lui concéder çà !

 

Elle ne refuse pas toute responsabilité mais voudrait qu'on lui accorde qu'elle a essayer de changer les choses ... Elle est sincère et a une honnêteté intellectuelle ...

 

 

Personnellement, je veux bien croire qu'elle était jeune à son arrivée, 22 ans, sortait des bancs de la fac, n'avait aucune expérience professionnelle ... mais elle a gravit les échelons très rapidement, trop rapidement ! Elle avait un excellent salaire, son silence a été acheté ?  

 

Mais il n'empêche que dans l'entreprise, elle était la garante de la qualité et de la réglementation et que le phénomène de groupe n'excuse pas tout ... Elle savait qu'elle ne garantissait pas des bibelots mais des implants destinés à des corps de femme.

 

Certes, celui qui l'a formée n'est pas incriminé, mais elle a une très grande part de responsabilité, elle savait depuis 2001-2002 !

 

 


 

C'est au tour de Maître Bourdelois,

avocate de Thierry Brinon.

 

Elle décrit une grande émotion de participer à ce procès hors normes, de pat la fraude, le nombre de Victimes ... Ce procès était très attendu par Monsieur Brinon, il voulait s'expliquer, il est cohérent et droit dans ses bottes.

 

Sur la procédure, il y a eu des choix critiquables ... le refus des QPC (questions prioritaires de constitutionnalité), les lois évoluent, changent grâce aux magistrats et aux avocats ... le fond touche la forme et la forme touche le fond.

 

Monsieur Brinon a un immense sentiment d'injustice car tous les responsables ne sont pas là, les vrais bâtisseurs de la fraude ont absents, seuls les receleurs sont là.

 

Le ministère public nous répond, qu'il y aurait eu trop de prévenus, mais plus de 7000 parties civiles ... qu'ils ont démissionnés et sont partis, mais un chèque de licenciement déguisé efface-t-il tout? ... que le temps a passé ...

 

C'est une injustice et les accusations et parler de sa mère qui porte une prothèse PIP l'ont profondément touché ... il est sensible !

 

Qu'aurions-nous fait à leur place ?

 

Son contrat de travail mentionne une clause de confidentialité, il devait dénoncer en interne, ce qu'il a fait, mais pas en porter la responsabilité, c'est à son employeur d'assumer. Il a seulement respecté son contrat de travail.

 

Les prévenus ont été broyés et engagés dans le système pour sauver l'entreprise.

 

Il n'a pas démissionné, n'a pas dénoncé, mais celui qui l'a précédé n'est pas incriminé, le dossier de conception est faux, la couche barrière n'est pas mentionnée.

 

Est-ce que la démission efface tout, blanchit tout ? Ceux qui ont mis en place la fraude ne sont pas là. L'acte d'accusation n'est pas complet, avant son arrivée, il y a un trou ... Le directeur commercial à l'export n'est pas incriminé non plus !

 

Cela ne disculpe pas ceux qui sont là ... mais les autres ...

 

Les peines requises sont extrêmement lourdes et certains sont absents.

 

Le tribunal devra appliquer la loi stricte et ne pas céder à la pression ... Nous on fait avec les moyens du bord ... Elle félicite pour l'organisation et le déroulement du procès, mais il n'y a pas eu d'instruction et l'enquête a été trop courte.

 

Monsieur Brinon n'a pas pu s'exprimer en garde à vue ... on ne voulait pas de détails trop techniques. Il y a eu 2 enquêteurs, Monsieur Guyot et Madame Salvi. 2 personnes, 2 sensibilités différentes.

 

Dans le PV de synthèse, fait par Madame Salvi, les faits sont rappelés et évoquait la poursuite des dirigeants, Messieurs Mas, Couty et Gimenez, ainsi que les cadres Mademoiselle Font et Monsieur Gossart. Monsieur Birnon n'est pas mentionné.  

 

Il n'a jamais travaillé sur le gel PIP, a toujours refusé et quand on l'a contourné, il a fait un mail collectif pour le dénoncer, il n'est pas resté passif. 

 

Il a fait un plan financier de réduction des coûts (travail sur les rebuts), pour passer au tout Nusil. Il a fait un courrier avec accusé réception à Monsieur Couty, alarmiste, et refusait de participer à tout nouvel audit. Il a mené un combat sur l'enveloppe. 

 

Les faits reprochés sont les mêmes à titre principal que Mas et Couty et au titre de complicité que Font et Gossart. Pas de qualification hier des faits reprochés ... Il faut reprendre la citation ! Prouver la qualification.

 

Elle sollicite la relaxe pour les 3 premiers chefs d'inculpation.

 

Monsieur Brinon n'a rien dissimulé, n'est pas responsable de l'utilisation de son dossier de conception. Il doit informer sa hiérarchie et mettre en oeuvre les actions correctives validées par elle. Il a déclaré les modifications.

 

Les sanctions sont lourdes pour leur participation alors qu'ils ont combattu de l'intérieur.

 

Le procès a été rapide pour les Victimes mais c'est irrecevable et elle demande la relaxe.

 

Elle demande le "tri" des Victimes entre les françaises et les étrangères ... entre les MX et les autres.

 

Le préjudice d'anxiété est corporel et devrait être rattaché à l'instruction pour blessures involontaires.

 

Elle demande le rejet de certaines parties civiles, le TÜV et l'ANSM, qui n'ont eu qu'un préjudice d'image, même chose pour la ligue contre le cancer et l'association de consommateurs, Curie dont le préjudice n'a pas été démontré.

 

Quant à la tromperie, il ne faut garder que le préjudice indemnisable, les coûts restés à la charge des Victimes, même chose pour la sécurité sociale.

 

Elle demande la mise hors de cause de Monsieur Brinon, c'est un employé, il n'est pas civilement responsable des actes faits dans le cadre de son travail sous l'ordre de ses employeurs.

 


 

Personnellement, je suis d'accord sur le fait que tous les responsables ne sont pas incriminés, mais Monsieur Brinon est un homme d'expérience, une carrière de 25 ans dans les dispositifs médicaux.

 

Il savait que son dossier de conception était faux, il ne mentionnait pas le gel PIP, ne l'a pas modifié et le présentait à chaque audit du TÜV.

 

Il n'a travaillé que sur l'enveloppe d'après lui, or il a pratiqué des tests sur la transsudation du gel PIP  et du gel Nusil ... Il savait qu'il y avait des problèmes, il a vu les complications au bloc ... Il savait que ce n'était pas que l'enveloppe qui posait problème. Il a même dit que les complications étaient plus importantes à cause de la transsudation avec ce gel.

 

Pour moi, ils sont tous responsables et coupables, certes à des degrés divers, notamment en fonction de la durée de leur activité au sein de l'entreprise, mais ils étaient cadres dirigeants, bien payés et à ce titre ils doivent assumer.

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Malice 06/06/2013 00:06

Ravi de voir que vous êtes lucide lorsque vous dites que "tous" auraient du être sur le banc des prévenus. Le procès va se poursuivre et j espère que le nombre des prévenus ne se limitera pas à 5.

Victime de prothèses PIP 05/06/2013 10:49

Malice,

Dans ce procès pour tromperie aggravée, il manquait TOUS les employés de PIP.

Par contre, ceux auxquels je pense ne pourront être que dans le procès pour blessures et homicides involontaires.

XY 05/06/2013 09:02

Pourquoi n'y a-t-il que ces 5 prévenus ?
Le choix des prévenus s'est basé sur une responsabilité collective, Mas et ses dirigeants ... "Mas imposait, Couty permettait et les autres exécutaient" selon Monsieur Brinon………

Malice 04/06/2013 23:43

À victime de porteuse prothèses pip
Vous dites regretter que tous les responsables ne soient pas présents sur le banc. alors pourquoi vos avocats n ont pas fait citer les autres responsables comme prévenus? Vous en aviez les moyens,
c était à vos avocats de le faire, vous ne l avez pas fait. Pourquoi ??

Stef 25/05/2013 23:57

Ne perdez pas votre temps à ce type de réponse

Victime de prothèses PIP 25/05/2013 23:27

Si vous avez tout compris ... J'en suis ravie !

Stef 25/05/2013 22:44

Donc : les salariés qui n ont pas fait de couriers etaient sous la responsabilités des cadres dirigeants qui étaient sous le responsabilité de la direction générale et c est à elle dd prendre ses
responsabilités .

Ben voilà , j ai tout compris

Victime de prothèses PIP 23/05/2013 21:24

Steph,

je suis entièrement d'accord avec vous sur le fait que ce n'est pas normal que seulement ces 5 personnes soient sur le banc des prévenus.

Ceux qui ont "démissionné" ou qui sont partis à la retraite devraient aussi être là, je vous l'accorde.

Quant aux employés qui n'ont pas fait de courrier à la direction ... ils étaient sous les ordres des cadres dirigeants et c'est à eux de prendre leurs responsabilités.

Par contre, je maintiens que le directeur "recherche et développement" étant en charge du dossier de conception remis aux autorités par lui lors des visites, il se devait de le modifier et de le
rendre conforme ... sinon, sachant que la "recette" n'était pas suivie, il devait le dénoncer.

Quand je rappelle qu'il avait 25 ans d'expérience dans les dispositifs médicaux, c'est pour insister sur le fait qu'il connaissait parfaitement les règles.

Pour les indemnisations, nous savons depuis le début que nous n'avons pas grand chose à attendre, malheureusement pour celles qui ne sont pas encore réopérées faute de moyens financiers.

Stef 23/05/2013 19:15

Remettons les choses en ordre. M. Brinon conçoit un dossier pour ensuite fabriquer un produit. Ce n'est pas à lui de modifier son dossier de conception sinon cela signifie que l'on commence par la
fin et ca n'a ni queue ni tête. La conception c'est l'étape numéro 1 ,c'est là ou tout commence.
Si par la suite , le dossier de conception n'est pas respecter, que peut-il y faire (voir ma recette d'omelette aux truffes) ? Il n'est pas responsable du choix des collaborateurs de respecter ou
non son dossier de conception.
Il n'avait aucun pouvoir de décision sur l'arrêt de l'utilisation du gel. Il a prévenu sa direction par écrit pour l'informer qu' il était contre l'utilisation de ce gel. Que pouvait-il faire de
plus ?
Allez donc enquêter sur le nombre de salariés qui ont envoyé une lettre à leur direction en 10 ans , et dites moi combien vous en avez trouvé.
Le résultat sera riche d'enseignement. Faites le par curiosité.

Je ne vois pas ce qu il fait parmi les prévenus, pourquoi lui plus que les autres, à savoir, les prédécesseurs, autres cadres commerciaux, les bâtisseurs de la fraude et j'en passe. Ou sont -ils ?
Avouez qu'on a l'impression que ces 5 prévenus c'est le lot de consolation que l'on a voulu donner aux victimes.
Malheureusement pour les victimes moins il y a de prévenus, et plus les indemnisations seront minces.

Vous avez raison je suis très proche de M. Brinon...

Victime de prothèses PIP 23/05/2013 14:13

Bonjour Steph,

Visiblement, vous êtes une proche de Monsieur Brinon...

Cependant, je sais de quoi je parle ... Quand je dis que le dossier de conception est faux, c'est que Monsieur Brinon savait pertinemment en le remettant au TÜV ou à l'AFSSAPS, que le gel PIP
n'était pas mentionné ni la couche barrière et qu'il ne l'a pas changé ... Il savait qu'il comprenait des informations erronées et ne les a pas changées ... Il aurait pu en le faisant signaler
cette fraude.

Je sais pertinemment et je l'ai dis dans mon témoignage à la barre que tous les responsables n'étaient pas sur le banc des prévenus et c'est regrettable, j'espère que l'instruction en cours
rétablira les choses.

Il n'en reste pas moins que Monsieur Brinon a sa part de responsabilité ... Il a dit lui même être allé voir des explantations et avoir été frappé par l'ampleur des complications.

Je ne vois pas ce que je pourrais reprocher à mon chirurgien qui m'a implanté une prothèse certifiée "CE" grâce aux mensonges de tous les employés de PIP.

Il m'a correctement pris en charge sans que je paie le moindre centime et m'a réopéré 6 fois pour réparer les dégâts causés par cette prothèse !

Victime de prothèses PIP 23/05/2013 14:10

Bonjour Steph,

Visiblement, vous êtes une proche de Monsieur Brinon...

Cependant, je sais de quoi je parle ... Quand je dis que le dossier de conception est faux, c'est que Monsieur Brinon savait pertinemment en le remettant au TÜV ou à l'AFSSAPS, que le gel PIP
n'était pas mentionné ni la couche barrière et qu'il ne l'a pas changé ... Il savait qu'il comprenait des informations erronées et ne les a pas changées ... Il aurait pu en le faisant signaler
cette fraude.

Je sais pertinemment et je l'ai dis dans mon témoignage à la barre que tous les responsables n'étaient pas sur le banc des prévenus et c'est regrettable, j'espère que l'instruction en cours
rétablira les choses.

Il n'en reste pas moins que >Monsieur Brinon a sa part de responsabilité ... Il a dit lui même être aller voir des explantations et avoir été frappé par l'ampleur des complications.

Je ne vois pas ce que je pourrais reprocher à mon chirurgien qui m'a implanté une prothèse certifiée "CE" grâce aux mensonges de tous les employés de PIP.

Il m'a correctement pris en charge sans que je paie le moindre centime et m'a réopéré 6 fois pour réparer les dégâts causés par cette prothèse !

Stef 22/05/2013 23:47

C est quoi cette analyse stupide : "personnellement je suis d accord Sur le fait que tous les responsables ne sont pas incriminés mais monsieur brinon est un homme d expérience , une carrière de 25
ans" . Vous vous rendez compte de ce que vous écrivez? Plutôt que de vous attaquer à lui cherchez les manquants , les absents. Il
Ne va pas payer pour eux tout de même . C est du même niveau que le
Procureur qui trouve que des centaines de victimes ça passe , par contre trop de prévenus ça aurait fait trop à gérer. !!!' Donc on limite aux 5 qu on
À trouve dont certain n était même pas dans les conclusions de l enquête préliminaire. Un tour de passe passe et hop il apparait sur le banc des prevenus. C est lamentable . Pourquoi n essayez vous
pas de vous retourner aussi contre vos chirurgiens ? Après tout ont ils bien fait tout comme il faut? Je vous laisse méditer la dessus

Stef 22/05/2013 19:50

M. Brinon est un homme de qualité, honnête , qui a toujours exercé son métier avec un professionalisme incomparable. Il est certain que s'il avait dirigé PIP et s'il avait eu les capacités de tout
arrêter rien de tout cela ne serait JAMAIS arrivé.
Et quand je lis ''il savait que son dossier de conception était faux'' , je bondis, c'est du grand n'importe quoi. Il faut savoir de quoi on parle quand on avance de telles absurdités. Un dossier
de conception, vous savez ce que c'est? Comme son nom l'indique et bien c'est la conception d'un produit. Et oui c'est le début, la naissance d'un projet. Pour faire ''simple'' c'est de la que tout
part. Si par la suite, les responsables de la fabrication du produit ne suivent pas le dossier de conception (la recette en gros) , je ne vois vraiment pas en quoi le concepteur est ''coupable ''
et responsable de la suite. Si je vous donne une recette d'omelette aux truffes et que vous décidez de mettre des champignons de Paris, c'est votre responsabilité et ne venez pas me dire qu'elle
est moins bonne que la mienne que vous aviez goutée avec des truffes. En quoi suis je responsable? Je vous avais donné la recette, vous avez décidé de faire autre chose : voilà et bien le dossier
de conception de M. BRINON et le produit fini, c'est comme l'omelette aux truffes aux champignons de Paris.

Si parmi les prévenus il y en bien un qui doit continuer dans son activité , c'est bien lui. J 'espère que la juge en a conscience et a su voir qui il est.

Martine Rhône Alpes 20/05/2013 18:53

Je ne dirais qu'une chose, MERCI COCCINELLE pour ce message dédié à notre AMIE JOËLLE. Les mots sont justes et justifiés. Merci Joëlle pour ton soutien inconditionnel.
Tu nous apportes tellement par ta sagesse et ta connaissance.
Bisous à toutes les victimes et énorme bisou à Joëlle.

Victime de prothèses PIP 20/05/2013 16:59

Merci ma belle, je suis vraiment très touchée.

Un grand merci à vous toutes de votre soutien, de vos messages et de vos commentaires qui m'ont porté et m'ont permis d'aller si loin avec vous et pour nous toutes.

Ce n'est pas terminé, nous avons encore à faire :

- Attendre le jugement, mais pas sans rien faire ...
- Obtenir le démarrage de l'enquête épidémiologique de suivi de toutes les femmes qui ont porté ces prothèses
- Obtenir la révision de la réglementation européenne concernant la surveillance et la certification des dispositifs médicaux
- Se préparer au prochain procès concernant les blessures et homicides involontaires

Je compte sur votre mobilisation

Victime de prothèses PIP 19/05/2013 12:16

En ce moment à lieu le festival de cannes.
Ce festival, a été créé pour récompenser le meilleur film, le meilleur réalisateur, le meilleur acteur ou la meilleure actrice.
On les remercie en leur remettant une palme d’or.
Moi je souhaite tout simplement mettre à l’honneur une personne qui s’est beaucoup dévouée dans l’affaire des prothèses PIP.
Depuis plus de 3 ans que cette sordide affaire a éclaté, cette personne œuvre sans cesse pour défendre notre cause.
Donnant sans compter de son temps, de son énergie, ne ménageant pas sa peine pour nous épauler bénévolement, sa seule ambition : pouvoir aider toutes ces femmes perdues dans ce rouage que sont la
santé et la justice.
Présente durant tout le procès, elle a été nos yeux, nos oreilles, répondant aux interviews des journalistes toujours avec tact et mesure ce qui n’est pas toujours une situation simple.
Nous informant régulièrement par ces comptes rendus détaillés du procès.
Elle prend soin également au quotidien de répondre aux dizaines de femmes qui lui demande conseils, toujours à l’écoute et les rassurant souvent.
Toutes ces femmes qui ne comprennent pas comment une telle chose a pu avoir lieu.
C’est à elle aujourd’hui que doit être décerné la palme d’OR, de la meilleure artiste de générosité et de gentillesse.
Elle n’a pas besoin de titre de « Présidente », cette personne vous l’avez toutes reconnue.
Il s’agit de Mme MANIGUETTI Joëlle.
Joëlle, avec toute notre gratitude, reçois nos humbles remerciements.
Gros bisous d’amitié.
Ton amie Coccinelle

bricourt 19/05/2013 08:59

Merci pour vôtre soutien, et vôtre écoute très important pour nous les victimes, il faut comprendre que c'est la douleur, la perte financière, on ne peux expliquer toutes les difficultés que cela a
apporté dans notre vie pour chaque victimes, ce procès est usant, envie de vomir je ne souhaite qu'une chose c'est ne plus voir cet homme en photo se qui est insoutenable et que la vie se chargera
de faire sa propre justice.
Merci

Victime de prothèses PIP 18/05/2013 23:00

Bonsoir Martine,

Je comprend votre douleur et votre colère ... mais la peine requise est le maximum prévu pour une tromperie aggravée ...

Il faudra attendre le procès pour blessures involontaires pour que tous les responsables soient entendus et condamnés plus justement.

Ne baissez pas les bras, ce n'était qu'une première étape.

bricourt 18/05/2013 11:53

Délibération le 10 Décembre, en attendant mas est en liberté et même pas la peine maximale, c'est scandaleux ce procès, tout le monde se fou des victimes, je suis tellement en colère que je ne sais
quoi dire, la souffrance et tout les problèmes que cela m'a apportés dans ma vie. Bref finalement de ne plus entendre parlé de ce procès va nous permettre de se calmer et de passer a autre chose,
en attendant la décision de la justice , on sera là et on ne laissera jamais tombé c'est un combat long mais la souffrance renforce et on se battra jusqu'au bout

Icone rssIcone facebook

 

 

 

 

 

Cliquez sur ENQUÊTE ci-dessus, quelques minutes pour évaluer l'information reçue avant votre implantation de prothèses mammaires?

Quelle que soit la marque de vos implants.

 

PIP : Sur la bande FM

Ecoutez les dernières informations
concernant l'affaire PIP ...

L'affaire PIP : Les vidéos

Affiche vidéo

Visionnez ici les différents reportages

dédiés à l'affaire PIP ...

Statistiques

Date de création : 22/02/2011

Articles : 340

Visiteurs uniques : 168 200

Pages vues : 371 485

Commentaires : 1442