Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 14:30

MA MDFPIP

 

 

Murielle vient de me faire parvenir son témoignage de victime.

 

Elle nous explique aussi, pourquoi elle a créé le Mouvement de Défense des Femmes Porteuses d'Implants et de Prothèses, le MDFPIP. 

 

Un grand merci à elle de se dévoiler ainsi et pour tout ce qu'elle fait dans l'ombre pour nous défendre.

 

Ce témoignage peut vous sembler long, mais allez jusqu'au bout, vous apprendrez sûrement des choses intéressantes.

 

Bonne lecture :0037:

 


 

 TÉMOIGNAGE DE MURIELLE

 

Bonjour à tous et à toutes

Je m’appelle Murielle (Emma83 sur les forums). Je suis à Toulon et j’ai été opérée en juillet 2008. Je suis porteuse de prothèses PIP (anatomique, texturée). J’ai passé une échographie et une mammographie en février 2010 qui n’ont rien révélé de suspect.

 

J’ai appris que je portais des prothèses PIP en faisant contrôler les résultats de mon échographie et de ma mammographie par mon gynécologue le 29 mars 2010. Celui-ci m’a demandé ma carte d’implants et m’a annoncé qu’il y avait une fraude concernant ces implants et que je devais acheter le journal pour savoir ce qu’il en était. Il m’a aussi demandé de retourner voir mon radiologue pour qu’il réinterprète les clichés à la lumière des informations concernant la fragilité des implants PIP.

Après l’annonce du retrait des prothèses PIP par l’Afssaps, j’ai pris contact avec la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) pour porter plainte à l’encontre de la société PIP (puisqu’aux dires de l’Afssaps il y avait utilisation d’un gel de silicone non conforme avec celui homologué donc une fraude). La DGCCRF a transmis mon dossier à la Direction Départementale de la Protection des Populations. Je vous fais copie ici de leur courrier :

«
 Objet : Implants mammaires PIP
V/réf : courrier électronique en date du 1er avril 2010

Madame,

Par message en date du 1er avril 2010, enregistré sous le n° arrivée 1286, vous m'indiquez avoir reçu des implants mammaires fabriqués par la société Poly Implant Prothèse (PIP); implants pour lesquels une décision de suspension de mise sur le marché, d'utilisation et de retrait a été prise le 29 mars dernier par l'AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé). A ce titre vous souhaitez porter plainte contre le fabricant et être reconnue comme victime d'une fraude.
Tout d'abord, il convient de vous assurer que les prothèses qui vous ont été implantées soient bien celles concernées par la décision ci-dessus mentionnée (implants mammaires pré remplis de gel de silicone). Cette information est disponible dans les documents (compte rendu opératoire, carte d'implant) délivrés par votre chirurgien suite à votre intervention. En l'absence de ces éléments, il vous est conseillé de contacter votre chirurgien ou l'établissement dans lequel vous avez été prise en charge.
Si vous estimez avoir été victime des agissements de la société Poly Implant Prothèse, je vous invite à adresser votre plainte à Monsieur le Procureur de la République de Marseille, 6 rue Joseph Autran, 13281 Marseille cedex 06 auprès de qui une enquête a été ouverte. Vous indiquerez également que vous souhaitez vous porter partie civile afin de pouvoir obtenir réparation du préjudice dont vous estimez être victime. Vous préciserez clairement ce que vous souhaitez obtenir dans le cadre de cette procédure.
Veuillez agréer, Madame, mes salutations distinguées.

Pour la Directrice départementale
Par délégation le Directeur départemental adjoint
 »

J’ai donc suivi cette procédure et ai envoyé, en recommandé avec accusé de réception, ma plainte au Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de Marseille.

Dans le même temps, j’ai entrepris diverses recherches sur la société PIP, entre autre pour connaître les coordonnées de leur liquidateur, ainsi que sur l’Afssaps et sur les différents laboratoires, ainsi que sur les autres affaires similaires à celle-ci.

J’ai pris contact par téléphone avec le liquidateur et me suis vue confirmer la possibilité de déposer chez lui une créance au titre de la non-conformité des produits vendus (les prothèses) en précisant les montants en réparation du préjudice subi. Il m'avait été répondu que je n'avais pas de délai précis pour faire ma déclaration et qu'effectivement j'étais en droit de me porter créancière de la société Poly Implant Prothese. Ce que j’ai fait immédiatement. Mon courrier a été envoyé le 20 avril 2010.

 

La réponse que j’ai reçue quelques jours plus tard m’a fort surprise et je me suis permise de le rappeler afin d’obtenir quelques explications.

Simon LAURE
Mandataire Judiciaire


Madame Murielle AJELLO

Toulon, le 28 avril 2010

Nos réf. : Liquidation Judiciaire "SA Poly Implant Prothese"
Vos réf. : Créancier forclos

Madame,

J'ai pris note de votre déclaration de créance concernant l'affaire :

Poly Implant Prothese
337 Avenue de Bruxelles
83500 La Seyne sur Mer

Toutefois, j'ai l'honneur de vous informer que le jugement d'ouverture est paru au BODACC le : 22 mai 2009.

L'article 97 du Décret du 28.12.05, stipule que vous avez deux mois à partir de cette date pour déclarer votre créance.

En conséquence, vous êtes FORCLOS, il vous appartient de vous faire relever de la forclusion qui vous frappe en adressant une requête à Monsieur AIMAR Thierry Juge-Commissaire de cette affaire par l'intermédiaire de Monsieur le Greffier en Chef du Tribunal de Commerce de Toulon, et ceci à VOS FRAIS à l'adresse suivante :

tribunal de Commerce de Toulon
Palais Leclerc - BP 509
140 Boulevard Leclerc
83041 Toulon

Je vous prie d'agréer, Madame, mes salutations distinguées
.

Lorsque j'ai reçu cette réponse de Maître Laure et au vu de la teneur de celle-ci, j'ai rappelé le cabinet de celui-ci. Il m'a été donné comme explication à un tel revirement le fait qu'avec la publicité orchestrée par certains sur des déclarations de créances déposées en masse à une date donnée (avant le 31 mai 2010), le Tribunal de Commerce a convoqué tous les acteurs de cette affaire et il a été décidé de ne pas sursoir au délai de forclusion et ainsi d'appliquer la loi de manière stricte.

Cette décision nous a empêchées de faire valoir nos droits à l'immédiat et nous demandait d'entamer des procédures qui risquaient d'être onéreuses. Tout cela parce que, d'une part, il pourrait y avoir un repreneur potentiel et que celui-ci ne voudrait pas avoir à racheter l'ensemble des créances que les victimes de la fraude de la société Poly Implant Prothese représente et, d'autre part, la volonté de médiatisation à outrance et sans réflexion de certaines associations amène à verrouiller les procédures les plus simples et les plus accessibles sans préoccupation des conséquences pour l'ensemble des victimes.

Il était donc nécessaire de passer par une requête en relevé de forclusion afin de faire valoir nos droits les plus élémentaires à la prise en compte de nos préjudices. Mais après plusieurs démarches auprès du liquidateur, il est apparu qu’une telle procédure était nulle et non avenue en raison du passif de la société Poly Implant Prothèse et de la volonté expresse du Tribunal de Commerce de Toulon à vendre la société au plus vite. Un coup d’épée dans l’eau qui n’en valait pas la peine.


J’ai donc continué à mener mes investigations afin de mieux comprendre les mécanismes qui ont abouti à une telle situation auprès des différents acteurs de cette affaire. En premier lieu avec mon chirurgien, ensuite avec des avocats, puis avec la direction du service de matériovigilance de l’Afssaps, etc, …

J’ai aussi réfléchi longuement au moyen de partager mes « découvertes » avec d’autres femmes dans la même situation que moi. J’ai participé à différents forums. J’y ai rencontré des femmes sympathiques, intéressantes et ayant elles aussi la même vision de la solidarité et de l’entraide. Nous nous sommes rencontrées et nous avons décidé de nous réunir autour de ce projet et de mutualiser nos compétences et nos expériences…

Pour certaines, elles ne sont pas directement concernées par ce problème de prothèses mais elles ont décidé de nous accompagner parce que ce combat les touche et qu’il pourrait être le leur aussi. Elles amènent avec elles leur expérience professionnelle, leur réseau, leur générosité, leur joie de vivre et puis aussi, et peut-être surtout, ce recul que nous ne pouvons pas forcément avoir lorsque l’on « a la tête dans le guidon ». Je leur sais gré d’avoir répondu présentes et de nous soutenir dans ce combat.

Depuis le 4 mai 2010, je suis Présidente du Mouvement de Défense des Femmes Porteuses d’Implants et de Prothèses (MDFPIP). La création de cette association fait suite à mon éviction d’une autre association. Les raisons de cette éviction sont multiples et j’en ai ma part de responsabilité, j’en conviens. Je déteste ne pas obtenir de réponse à mes questions. Cela me rend suspicieuse et du coup, je cherche à comprendre… Et ce que j’ai compris était loin de me plaire et surtout très éloigné de l’idée que je me fais du monde associatif. Bref, ce qui est fait est fait et il n’y a pas de raison de revenir dessus.

 

Le MDFPIP, depuis sa création, a toujours été en lien avec les instances compétentes de cette affaire (AFSSAPS, Gendarmerie de Marseille, SoFCPRE, etc, …). Ces liens nous ont conduites à collaborer dans différents domaines. Avec l’AFSSAPS, nous avons participé à l’élaboration du questions/réponses, au guide d’aide à la décision, etc, … Avec la Cellule Prothèses 13, Gendarmerie de Marseille, nous avons collaboré sur l’accueil des victimes, la lettre-plainte, l’échange d’informations et la transmission de celles-ci via notre site, etc, … Avec la Société Française de Chirurgie Plastique Réparatrice et Esthétique (SoFCPRE), nous échangeons sur l’accueil des victimes, sur les possibilités d’aménagement des tarifs de prise en charge, etc, … Et surtout, nous accueillons toutes celles qui ont besoin d’écoute, d’informations, de renseignements, d’orientation et de soutien.

 

A la fin de l’année 2010, nous avons élaboré un questionnaire à l’intention des victimes pour qu’elles puissent nous faire part de leur ressenti depuis le début de cette affaire. Nous allons présenter les résultats de cette enquête aux différentes instances à la fin du mois de mars 2011. Grâce à ces résultats, nous sommes en position pour faire des propositions de prise en charge concrètes et réellement en lien avec les attentes des victimes. Nous avons choisi de nous positionner comme une force de proposition et nous nous donnons les moyens d’atteindre cet objectif.


Quant à moi, personnellement, je vis toujours avec mes prothèses PIP. Elles sont omniprésentes et ont modifié radicalement ma façon de vivre. J’attends d’avoir la certitude que les autres fabricants de prothèses respectent leurs engagements sur la qualité et la sécurité de leurs produits pour me faire explanter. Et je m’attèle à cela, tant pour moi que pour toutes celles qui sont concernées par cette fraude.

 

J’estime que j’ai de la chance par rapport à d’autres femmes victimes comme moi. Je n’ai pas besoin d’une association pour avoir des avocats. Je n’ai pas besoin d’une association pour négocier et discuter avec des chirurgiens. Je n’ai pas besoin d’une association pour rencontrer les institutionnels impliqués dans cette affaire. En revanche, considérant cette chance, j’ai souhaité la mettre à profit pour toutes celles qui ne sont pas dans mon cas.

 


 

J'espère que ce témoignage vous a apporté des éléments de réponses aux questions que vous vous posiez peut-être. Vous pouvez réagir à ce témoignage en postant un commentaire.

Je vous rappelle l'adresse du site de son association : http://www.mdfpip.com/

Si à votre tour vous souhaitez témoigner, n'hésitez pas à nous écrire en cliquant sur "Contact" dans la barre du menu :0023:

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP

Partager cet article

Repost 0
Porteuses de prothèses mammaires pip - dans Témoignages
commenter cet article

commentaires

marie 03/02/2012 20:15

bonjour Murielle,

Ici je veux vous dire a toutes, ne pensez surtout jamais que vous avez mal fait !!! j'ai vue des femmes sans ou presque pas de poitrine avant et après l'opération,elles étaient tellement plus
belles et nous femmes si nous ne sommes pas féminines, quoi de plus logique que d'agir selon nos rêves... une des mes filles est de celles là et j'ai approuvé !
Heureusemnt tout va bien, mais si cela avait du lui arriver jamais je ne l'aurais condamnée!
Je vous soutiens toutes dans votre combat triste et scandaleux de cet incapable.De tout mon coeur je vous embrasse de toute l'amitié que j'ai en moi.
Ne regrettez jamais !!!

bisous Marie

Victime de prothèses PIP 31/12/2011 18:39

Bonsoir,

Vous abordez de nombreux sujets, je vais faire le point sur chaque.

Les divergences entre les 2 associations portent essentiellement sur les méthodes pour régler les problèmes.
Une travaille dans l'ombre avec les professionnels, l'autre fait plus de battage médiatique!

Quant aux journalistes et aux chiffre, effectivement les manipulations sont très faciles à faire, j'en suis parfaitement consciente et c'est pour cela que je demande aux médias dans mon article
écrit à leur intention d'arrêter de faire du sensationnel et d'informer après avoir fait ses propres recherches et d'avoir vérifié avant de publier tout et n'importe quoi !

Nous savons que tous les employés savaient, mais ils ne sont pas tous responsables, les dirigeants et les cadres décideurs devraient être sur le banc des accusés.

Quant aux plaintes, la gendarmerie ne nous a jamais parlé de différencier les prothèses avant 2007. Je pense que la prescription court à partir de mars 2010 pour toutes, je vais me renseigner sur
ce point.

Ne vous inquiétez pas, nous restons concentrées sur les vrais problèmes.

MARTIN 30/12/2011 16:30

Bonjour Mesdames,
Je note que votre combat va au delà des implants PIP. Heureusement, votre querelle des égo entre PPP et MDFPIP n'est pas encore exploitée par les journalistes avides de titre à sensation.
Méfiez-vous qu'ils n'exploitent pas votre différend, ce qui risquerait de vous discréditer.
A propos de rigueur journalistique, un bon nombre d'informations publiées ces derniers jours montrent à quel point nous sommes manipulés:
JC.Mas recherché par Interpol et donc en fuite, alors qu'il est chez lui face à la mer sur sa terrasse et qu'il répondrait aux convocations.
Il aurait été charcutier alors qu'il n'en est rien selon son avocat.
Il serait amateur de BMW selon Var Matin ce qui est, vous en conviendrez, une information capitale.
Nos chers journalistes devraient se pencher sur l'essentiel et être plus pragmatiques.
Par exemple, personne ne s'est encore posé les questions suivantes:
Si les statistiques scientifiques prévoient qu'une femme sur 9 va développer un cancer du sein et si 30 000 femmes sont porteuses ou ex-porteuses d'implants PIP en France, combien de ces porteuses
d'implants PIP vont développer un cancer du sein?
30 000/9 = 3 333 patientes.
Donc, on pourrait voir dans les prochains jours le gros titre d'un quotidien: 3 333 femmes porteuses d'implants PIP vont développer un cancer!
A l'inverse, si seulement 8 cas de cancer se sont officiellement déclarés, ces mêmes journalistes pourraient titrer de la même manière:
Seulement 8 cas de cancer déclarés contre 3 333 prévus: les implants PIP diminuent le risque de cancer du sein !
Et oui, on peut tout dire et son contraire dans cette affaire, surtout si l'on est journaliste.
Mais je pense qu'au delà des ces commentaires ironiques, il conviendrait de vous poser les questions suivantes:
PIP a fabriqué des implants frauduleux de 2001 à 2010.
L'entreprise employait 120 personnes. L'enquête préliminaire aurait conclu que 4 à 6 personnes porteraient à elles seules l'entière responsabilité de cette fraude qui a duré pendant près de 10 ans.
Cela parait pour le moins étonnant. Espérons que l'enquête préliminaire n'a pas pris de raccourcis sans évaluer sérieusement la chaîne des responsabilités de 2001 à 2010.
Mais cette faible quantité de personnes impliquées vient peut-être de notre législation.
En effet, l'enquête menée par la cellule 13 de Marseille portait sur une fraude. Selon notre loi française, une fraude est un délit et un délit est prescrit au bout de trois ans. Donc toute
personne ayant été impliquée dans la fraude découverte en mars 2010 et qui aurait quitté PIP au plus tard en mars 2007 ne peut donc pas être inquiétée.
Mais si la prescription s'applique pour les responsables, elle s'appliquera également pour les plaignantes.
En effet, toute plainte d'une patiente porteuse d'implants PIP fabriqués avant mars 2007 ne devrait pas être recevable.
Combien de plaintes recevables restera-t-il sur la totalité des plaintes déposées à ce jour?
Plutôt que de vous quereller entre associations, utiliser votre énergie à défendre votre cause et à ne pas la détruire.
J'espère que mon commentaire vous recentrera sur l'essentiel.
Bon courage
ETR

NOVI 30/12/2011 00:20

Changement de prothese Pip et recidive de cancer : existe t il des liens ?

Bonsoir
En mars 2011, j'ai fait changer mes prothèses dont la PIP posee en 2007 , changement propose par Curie par précaution
le médecin chirurgien oncologue est venu me voir dans ma chambre et m'a dit que la prothèse PIP était rompue. qd il m'a vu ensuite en post op, il m'a  dit que non... il ne savait plus mais il
a noté que non... ensuite cela m'a coûté au moins 400 ou 500 euros car la mutuelle n'a pas pris en charge les dépassements d'honoraires
et pour finir le tout, et SURTOUT je fais une récidive depuis octobre sous le bras...
j'avais été à Curie  fin septembre, où suite à la palpation on m'a dit que j'avais maintenant moins de risques qu'une femme normale d'avoir un cancer. 10 jours après, sous la douche, je sens
une boule comme un petit oeuf sous le bras. c'était reparti
j'ai un traitement de 6 cures de 3 chimios hebdomadaires.
je ne sais plus que penser et je me demande si cette récidive pourrait etre en lien  avec le retrait de la PIP (zone fragilisée et flambee de cellules cancereuses en dormance ??? ou si la
prothèse était rompue réellement.
les médecins  questionnes disent qu'il n'y a aucun lien, moi je demande juste qu'on fasse des stats et que l on reste vigilants.
Je parlerai plus tard de toutes les questions que cela me pose... Mais je souhaitais faire un premier pas vers l énonciation de mon cas.

Porteuses de prothèses mammaires pip 07/03/2011 16:26


Nous avons affaire à des adultes et chacune se fera son opinion, car ici chacun peut s'exprimer!


association P.P.P. 07/03/2011 16:14


non Madame, il suffit de nuire a l'association ou à sa cause, vous en connaissez un rayon sur le sujet...


Porteuses de prothèses mammaires pip 07/03/2011 16:01


De toutes les façons, pour être radiée de votre association c'est très simple...il suffit de poser des questions auxquelles vous n'avez pas de réponse ou qui vous dérangent, ou de ne pas être
d'accord avec vous!

Et évidemment, dans ces conditions, l'éviction ne peut-être que notre faute.


association P.P.P. 07/03/2011 15:37


j'ai trés bien lu merci... son "eviction" A FAIT SUITE A SES AGISSEMENTS et non l'inverse....


Porteuses de prothèses mammaires pip 07/03/2011 15:31


Vous avez mal lu, voilà ce qu'elle écrit : "La création de cette association fait suite à mon éviction d’une autre association. Les raisons de cette éviction sont multiples et j’en ai ma part de
responsabilité, j’en conviens. Je déteste ne pas obtenir de réponse à mes questions. Cela me rend suspicieuse et du coup, je cherche à comprendre… Et ce que j’ai compris était loin de me plaire et
surtout très éloigné de l’idée que je me fais du monde associatif"

Comment pourrait-elle détourner les membres de votre association ?.....les adhérentes sont parfaitement libres de leurs faits et gestes et je ne vois pas comment elle pourrait les contraindre de
vous quitter pour adhérer à son association.


association P.P.P. 07/03/2011 15:10


faux comme d'habitude... pourquoi cette personne ne dit pas qu'elle a été radiée de l'association P.P.P. parceque lorsqu'elle en etait encore membre elle avait deja crée son asso et essayais de
detourner les membres de la notre par messagerie privée du forum P.P.P.

le mensonge est décidément une habitude chez vous


Icone rssIcone facebook

 

 

 

 

 

Cliquez sur ENQUÊTE ci-dessus, quelques minutes pour évaluer l'information reçue avant votre implantation de prothèses mammaires?

Quelle que soit la marque de vos implants.

 

PIP : Sur la bande FM

Ecoutez les dernières informations
concernant l'affaire PIP ...

L'affaire PIP : Les vidéos

Affiche vidéo

Visionnez ici les différents reportages

dédiés à l'affaire PIP ...

Statistiques

Date de création : 22/02/2011

Articles : 338

Visiteurs uniques : 165 058

Pages vues : 366 824

Commentaires : 1438