Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 15:56

sénat

 

Suite au scandale des prothèses frauduleuses PIP, le Sénat avait mis en place une mission d'information portant sur les dispositifs médicaux implantables. Cette mission a élargi ses travaux aux interventions de médecine esthétiques. (ici)

 

Je vous avait déjà parlé de cette mission d'information. (ici)

Le 5 juin dernier, des premières conclusions étaient rendues publiques. (ici)

 

 

Ce matin, cette commission a rendu son rapport définitif

Santé, beauté, une priorité : la sécurité. (ici)

 

 

Dans ce rapport, les sénateurs s'interrogent : comment l'affaire PIP a-t-elle pu avoir lieu ?, quels manques ? et surtout pourquoi les signaux d'alerte n'ont-ils pas été pris en compte ?

 

Les nombreuses auditions (ici) ont permis de faire un état des lieux et à chacun dans son domaine de compétence de faire des propositions pour éviter qu'une telle affaire ne se reproduise.

 

Actuellement, voici le circuit de mise sur le marché des dispositifs médicaux en Europe.

 

marquage-CE.gif

 

Plusieurs problèmes sont soulevés : 


 

- Le fabricant choisi lui même son organisme certificateur

- Il peut choisir la procédure de certification :

 

La première procédure, dite "examen CE de type" (annexe III de la directive de 1993), repose sur l'examen d'un produit type, sur la base d'un échantillon représentatif de la production. L'organisme notifié procède aux examens et essais appropriés afin de vérifier la conformité du produit aux exigences de la directive. L'organisme notifié examine également la société, son système de contrôle qualité ainsi que les conditions de fabrication du produit. Au cours de la première phase du contrôle, qui porte donc sur le produit en tant que tel, un échantillon est prélevé et vérifié en laboratoire.

 

La seconde procédure, dite de "déclaration CE de conformité" (annexe II de la directive de 1993, point 4 "Examen de la conception du produit"), le producteur livre la documentation de conception du dispositif médical. Il dépose une présentation d'examen de dossier, où il explique le système de contrôle qualité qu'il souhaite introduire, puis fournit une documentation complète relative au produit, aux conditions de la production et aux matériaux de base utilisés. Enfin, un audit du système de qualité est réalisé de manière périodique. En ce cas, le producteur n'a pas à subir de prélèvement sur son produit et c'est lui qui est chargé de procéder aux contrôles qualité en vue d'en présenter les résultats à l'organisme de certification, qui les vérifie. Dans le cadre de cette procédure, il appartient toutefois à l'organisme notifié d'examiner le système de gestion de la qualité, en s'assurant que la société en question est en mesure de procéder aux différents contrôles nécessaires.

 

PIP avait choisit la seconde procédure. Lors de son audition, l'organisme notifié allemand TÜV Rheinland a indiqué procéder, au moins une fois par an, à un audit du fabricant, au cours duquel elle vérifie le système de contrôle qualité après sa certification. Tous les cinq ans, elle effectue un nouveau contrôle du produit. Celui-ci peut également être diligenté en cas d'incidents remettant en question la recertification du produit.

 

- Les organismes de certifications ne sont pas tous équivalents et pas tous contrôlés de la même façon selon leur pays d'origine.

 

- L'absence de registre en France est un obstacle à la traçabilité et à la surveillance des dispositifs médicaux.

 

Les actes de chirurgie esthétiques sont clairement définis et parfaitement encadrés, les établissements où sont pratiqués ces actes soumis à contrôles et autorisations.

 

Il n'en est pas de même pour les actes de médecine esthétique qui sont en perpétuelle évolution. 

 

 

La mission recommande d'agir dans deux directions, qui recoupent

le champ de ses investigations :


- Renforcer strictement les contrôles effectués sur les dispositifs médicaux implantables dès leur mise sur le marché et durant toute leur durée d'utilisation, afin de restaurer la confiance que les scandales sanitaires qui se sont succédé ces dernières années ont commencé à éroder ;

Reconnaître que le développement rapide qu'ont connu les interventions à visée esthétique, aussi bien par le nombre de personnes concernées que les techniques proposées, constitue une problématique majeure en matière de santé publique. Dans ce contexte, l'absence d'encadrement réglementaire devrait inévitablement aggraver la situation dans un futur proche.

 

38 propositions sont ensuite faites par la mission :

 

Proposition n° 1 : 
Mettre au point un cahier des charges commun à tous les organismes notifiés

Proposition n° 2 : 
Multiplier les contrôles inopinés chez les fabricants

Proposition n° 3 : 
Doter le N-Bog d'un statut légal dans la réglementation européenne et lui confier la mission d'harmoniser les modalités de surveillance des organismes notifiés

Proposition n° 4 : 
Étendre l'obligation d'information des organismes notifiés aux observations de non-conformité majeures

Proposition n° 5 : 
Généraliser les inspections communes des organismes notifiés par les autorités sanitaires de plusieurs pays européens

Proposition n° 6 : 
Rendre publics les flux financiers et les liens d'intérêts entre fabricants de dispositifs médicaux et bénéficiaires de ces avantages

Proposition n° 7 : 
Mutualiser les sommes allouées par l'industrie des produits de santé aux étudiants dans le cadre des conventions d'hospitalité

Proposition n° 8 : 
Inciter la Commission, dans le cadre de la refonte des directives, à prendre pleinement en compte les exigences de sécurité des dispositifs médicaux

Proposition n° 9 : 
Créer une liste positive des dispositifs médicaux les plus risqués au niveau européen

Proposition n° 10 : 
Interdire l'ensemble des CMR de catégorie 2 dans les dispositifs médicaux destinés aux nourrissons, jeunes enfants et femmes enceintes

Proposition n° 11 : 
Publier rapidement les textes d'application de la loi "Médicament" relatifs aux dispositifs médicaux

Proposition n° 12 : 
Mettre en place un groupe de travail chargé de simplifier la procédure de signalement des incidents de matériovigilance

Proposition n° 13 : 
Mieux associer les déclarants aux suites données aux déclarations de matériovigilance

Proposition n° 14 : 
Mener une campagne d'information commune, avec le Cnom, sur les enjeux de la matériovigilance

Proposition n° 15 : 
Faire du renforcement de la matériovigilance l'un des points centraux du prochain contrat d'objectifs et de performance Etat-ANSM

Proposition n° 16 : 
Accélérer la mise en oeuvre de l'UDI au sein de l'Union européenne

Proposition n° 17 : 
Élargir l'accès à Eudamed aux organismes notifiés et, à terme, au moins partiellement au public

Proposition n° 18 : 
Rendre obligatoire, sous certaines conditions, le renseignement des registres par les médecins

Proposition n° 19 : 
Mettre en place un codage plus fin dans le PMSI afin de mesurer précisément l'usage des DMI à l'hôpital

Proposition n° 20 : 
Limiter "l'effet domino" en définissant plus précisément l'équivalence pouvant être acceptée entre deux dispositifs médicaux pour satisfaire à l'obligation d'évaluation clinique

Proposition n° 21 : 
Imposer que le dispositif médical auquel un nouveau produit est présenté comme équivalent ait lui-même fait l'objet d'investigations cliniques

Proposition n° 22 : 
Enrichir le contenu du site internet de l'ANSM et assurer la publication rapide des comptes rendus de ses commissions et organes de travail internes

Proposition n° 23 : 
Envisager la création d'un site d'information public sur les dispositifs médicaux

Proposition n° 24 : 
Instituer un marquage CE spécifique aux dispositifs et produits esthétiques afin de garantir leur innocuité

Proposition n° 25 : 
Mettre en ligne l'ensemble des informations sur le rapport bénéfices-risques des produits et dispositifs à finalité exclusivement esthétique

Proposition n° 26 : 
Rendre publiques toutes les informations sur le rapport bénéfices-risques des interventions esthétiques

Proposition n° 27 : 
Établir une liste des matières premières, des substances et des composants autorisés pour la fabrication de produits et de dispositifs à visée esthétique

Proposition n° 28 : 
Fixer par décret la liste des interventions à visée esthétique ne pouvant être exécutées que par des médecins dûment qualifiés

Proposition n° 29 : 
Encadrer strictement le recours par les esthéticiennes à certains dispositifs à visée esthétique

Proposition n° 30 :
Interdire les cabines de bronzage hors usage médical pour éviter un futur scandale sanitaire

Proposition n° 31 : 
Définir le contenu d'un DESC de médecine morpho-esthétique et de traitement des effets du vieillissement

Proposition n° 32 : 
Créer un registre qualité des médecins pratiquant des actes à visée esthétique

Proposition n° 33 : 
Encadrer les centres et cabinets médicaux spécialisés dans les interventions à visée esthétique

Proposition n° 34 : 
Imposer aux médecins de communiquer au registre du Cnom l'ensemble des informations relatives aux qualifications et aux compétences d'exécution transférées à leurs assistants

Proposition n° 35 : 
N'autoriser la participation des assistants à l'exécution d'un acte à visée esthétique que sous la supervision du médecin responsable

Proposition n° 36 : 
Confier à l'ANSM une compétence de police sanitaire sur l'ensemble des produits et dispositifs à finalité exclusivement esthétique

Proposition n° 37 : 
Confier à l'ANSM le soin de centraliser tous les signalements relatifs aux effets indésirables ou incidents consécutifs à une intervention à visée esthétique

Proposition n° 38 : 
Mettre en place un carnet de suivi des interventions à visée esthétique

 

 

Un grand merci aux sénateurs pour le travail énorme fourni, l'analyse de l'existant et les propositions faites dans ce rapport.


Un grand merci également pour la prise en compte des victimes et ce qu'elles endurent :

"Le temps des études scientifiques, comme celui de la justice, n'est pas compatible avec le ressenti de femmes qui souffrent quotidiennement. A ce titre, elles méritent la considération de l'ensemble de la communauté nationale".

 

Toutes ces propositions sont excellentes, mais seront-elles suivies d'effets et surtout mises en oeuvre facilement chez nous ?

 

Pas certain du tout


Il existe de très nombreux lobbies qui feront pression,  à commencer par les laboratoires, les organismes certificateurs et les professionnels de santé (chirurgiens et médecins).

 

Harmoniser les procédures européennes voire mondiales est une belle utopie quand on se réfère aux difficultés existantes dans d'autres domaines économiques, politiques,  ...

 

La mise en place des registres et du carnet de suivi sont loin d'être acquises, la culture de nos praticiens ne s'y prête pas encore.

 

La seule définition des actes de médecine esthétique est une affaire loin d'être réglée, trop d'enjeux financiers sont en cause. 

 

Revoir les compétences et les certifications des praticiens habilités à exercer tel ou tel acte prendra du temps avant que tous se mettent d'accord.

 

Un article à lire (ici)

 

 

 

En conclusion, malgré les travaux très approfondis de cette mission d'information, les propositions très concrètes qu'elle préconise, je crains que rien ne change vraiment avant plusieurs années.

 


Article écrit pat Victime de prothèses PIP


Repost 0
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 14:14

Jean Claude Mas

 

Je vous parlais d'une nouvelle information judiciaire ouverte par la juge d'instruction Annaïck Le Goff sur le volet financier de l'affaire PIP. (ici

 

Hier soir, la juge a extrait Jean Claude Mas de la prison de La Farlède où il est détenu depuis 4 mois pour non paiement de caution et l'a placé en garde à vue dans le cadre de cette banqueroute frauduleuse. (ici)

 

C'est le juge Pierre Philippon qui va instruire ce dossier financier et Jean Claude Mas devrait voir sa garde à vue prolongée pour être déféré aujourd'hui devant ce juge. (ici)

 

Il sera très probablement mis en examen dans ce volet financier de l'affaire PIP, pas certain cependant que cela empêche sa sortie de prison en fin de semaine ... les 4 mois de préventive étant écoulés !

 

Son avocat Yves Haddad dénonce "une cruauté judiciaire" aux dépens de son client, "dans la mesure où pendant quatre mois il était à la disposition de la gendarmerie et de la justice pour être entendu sur les volets qu'ils souhaitaient et que les choses qu'on lui reproche aujourd'hui étaient connues de tout le monde depuis un an ou deux"..

 

Il ne précise pas dans quel état se trouve 500 000 femmes dans le monde à cause de ces malversations et n'a aucune compassion pour les Victimes de ce scandale sanitaire sans précédent !

 

Personnellement, je trouve qu'il est encore trop bien traité au vue de qu'il a fait et

de ce que nous subissons à cause de lui.

 

Je ne manquerais pas de vous tenir au courant de la suite de cette affaire.

 

Excellente nouvelle ...

 

Il semblerait que la manoeuvre habile de la juge pourrait permettre de garder ce cher monsieur derrière les barreaux pour 4 mois supplémentaires. (ici)

 

C'est chose faite ... génial ! (ici)

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP


Repost 0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 19:39

allianz.jpg

 

Excellente nouvelle pour toutes les Victimes des prothèses PIP :


Le tribunal de commerce de Toulon a débouté l'assureur Allianz qui demandait la nullité des contrats qui le liait à PIP. (ici)

 

L'assureur, du fait de la fraude, contestait le fait d'être obligé d'indemniser les Victimes de cette escroquerie.

Le tribunal a considéré que l'assureur n'avait pas apporté la preuve qu'il avait été trompé au moment de la signature des contrats.

 

Une petite lueur d'espoir pour notre indemnisation ...

 

Affaire à suivre, car l'avocat de la compagnie d'assurance étudie un éventuel recours.

 

Nouvelle condamnation d'Allianz à Lyon, obligé d'indemniser une victime (ici)

 

Toutes ces procédures et ces condamnations contre Allianz commencent à poser problème et inquiètent les assureurs, voir l'article ici

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP


 

Repost 0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 08:40

Jean Claude Mas

 

 

Je vous parlais il y a quelque temps de l'argent caché de Jean Claude Mas, ici.

 

Le parquet de Marseille a confié à la juge d'instruction Annaïck Le Goff, une nouvelle information judiciaire sur le volet financier de l'affaire PIP. voir l'article du figaro ici.

 

Un grand merci à Maitre Christine Ravaz qui multiplie les plaintes afin de défendre au mieux les intérêts des milliers de victimes de cette fraude.

 

Par contre, il est extrêment dommage que la justice soit si lente et attende qu'on lui apporte tous les éléments sur un plateau !

 

En effet, il a fallu attendre le décès d'une femme pour qu'une juge d'instruction soit nommée, 3 gardes à vue pour que Jean Claude Mas soit mis en examen, qu'il ne paie pas sa caution pour qu'il soit incarcéré ...

 

Et nous, les Victimes, nous devons nous battre pour nous faire reconnaître, nous faire réopérer dans de bonnes conditions et au juste prix ... alors que nous sommes Victimes de cette fraude ignoble rendue possible grâce à l'inapplication et l'inefficacité des procédures de contrôles.

 

 

Combien de temps allons nous devoir attendre encore pour être reconnues, prises en charge et indemnisées ?

 

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP

 

Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 15:05

Jean Claude Mas

 

Jean Claude Mas était emprisonné à la prison des Baumettes à Marseille depuis le 06 mars dernier.

Il a été transféré hier jeudi à la prison de La Farlède. (voir article)

 

Je vous rappelle qu'il a été placé en détention provisoire pour défaut de paiement de sa caution et non pour la mise en examen dont il fait l'objet. (voir article)

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP


Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 22:59

logo-du-parlement-europeen.jpg

Les députés de la commission ENVI (environnement, santé publique et sécurité alimentaire) du parlement européen ont adopté aujourd'hui à l'unanimité une résolution afin qu'un scandale comme celui des prothèses mammaires PIP ne puisse plus se reproduire.(voir article)

 

Ils demandent notamment que, lors de la prochaine révision de la législation sur les dispositifs médicaux, les dispositions soient prises afin qu'il y ait des autorisations de mise sur le marché, une traçabilité et un suivi à long terme, des registres d'implants et que les organismes de certifications puissent faire des contrôles inopinés ... tout cela afin de garantir la qualité de ces dispositifs médicaux implantables.(voir article)

 

Corinne Lepage évoque aussi "la nécessité cruciale d'un système de recours collectif afin d'aider les consommateurs et les patients à obtenir une indemnisation".

 

Ce scandale sanitaire d'ampleur mondiale a mis en lumière tous les dysfonctionnements qui ont permis que cette fraude puisse avoir lieu, de la mise sur le marché, au suivi et à la traçabilité jusqu'aux contrôles de qualité.

 

La création de registres permettra de suivre les implants et de prévenir les patients ainsi "tracés" en cas de problème.

 

En effet, en l'absence de ces registres, aujourd'hui, il est impossible de prévenir toutes les femmes porteuses de prothèses PIP

 

Il faudra également mettre en place des coopérations entre les états afin que dès qu'une alerte est donnée dans un pays, elle soit immédiatement transmise aux autres états.

 

 

Cette révision doit avoir lieu avant le mois de juin.

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP 

 

Repost 0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 12:27

justice

 

 

Aujourd'hui, s'ouvre au tribunal de grande instance de Marseille le premier procès au civil contre la société PIP.

 

 

Une Victime assigne la société PIP, l'organisme certificateur Tüv Rheinland et son chirurgien. (voir article)

 

 

L'issu de ce procès conditionnera une éventuelle nouvelle voie d'indemnisation pour les Victimes de cette escroquerie.

 

 

Je ne manquerai pas de vous tenir informés. 

 

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP 

 

 

Repost 0
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 18:26

Costa Ricacoffre fort

 

Le Costa Rica, petit pays d'Amérique Centrale, serait-il le coffre fort secret de Jean Claude Mas ? 

 

En effet, cette semaine, le Parisien, révélait que la trace d'un virement adressé à Jean Claude Mas, de 124 800€  en septembre 2010, avait été retrouvé sur un compte au Costa Rica. A cette période, il s'y trouvait pour son commerce d'implants mammaires.

 

Je vous avais expliqué récemment les montages financiers très compliqués effectués par l'ex-leader mondial des prothèses mammaires. (ici)

 

Les journalistes semblent évoquer une évasion à grande échelle de capitaux à l'étranger et mettent en doute l'insolvabilité déclarée par Jean Claude Mas.

 

Si cette information se révèle exacte, ce serait une bonne nouvelle pour les Victimes qui pourraient espérer une indemnisation ... mais ne rêvons pas trop !

 

Ce qui me semble incroyable dans cette affaire, c'est que Jean Claude Mas déclare n'avoir plus rien, alors qu'il était quand même 3ème leader mondial des prothèses mammaires, que Claude Couty, le numéro deux de PIP, certifie qu'à partir de 2005, Jean Claude Mas touchait 300 000€ par an sous forme de jetons de présence. 

 

S'il vivait aussi modestement qu'il le prétend,

il doit avoir constitué un beau matelas !

 

Pourquoi ne pas s'intéresser aux biens de sa compagne, Dominique Lucciardi, chez qui il vivait et a été arrêté, propriétaire d'une luxueuse villa, et ses enfants, qui s'apprêtaient à refonder une société fabriquant des implants mammaires ?

 

Il nous reste à espérer que l'enquête financière pourra aller au bout, le Costa Rica et le Luxembourg ne sont pas réputés pour leur transparence et leur coopération ...

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP


Repost 0
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 22:39

sénat

 

 

 

Madame Chantal Jouanno avait souhaité en janvier 2012, la création d'une Mission d'information parlementaire pour faire le point sur les dysfonctionnements liés aux dispositifs médicaux implantables.

 

Je vous avais sollicité pour interpeller vos élus afin d'appuyer la création de cette Mission. (ici)

 

Madame Jouanno m'avait répondu que si elle avait la chance de porter cette Mission, nous nous rencontrerions.

 

Suite à cet appel, j'avais été invitée le 13 février dernier, par le groupe CRC du Sénat, à une réunion de travail. (ici)

 

Je vous annonçais le 27 février dernier la création de la Mission d'information parlementaire du Sénat sur les dispositifs médicaux implantables et les interventions à visée esthétique, présidée par Madame Chantal Jouanno. (ici)

 

 

Cette mission a commencé ses travaux et notamment

les auditions des principaux acteurs.

 

 

Toutes les auditions sont filmées et visibles sur le site du Sénat : ici

Les comptes-rendus écrits et le programme de travail, ainsi que la composition de cette mission commune d'information sur les dispositifs médicaux et les interventions à visée esthétiques sont ici

 

Madame Jouanno, dans un mail du 13 mars dernier, m'a informée que les associations de Victimes seraient auditionnées et m'a demandé à quelle association j'appartenais.

 

Le Mouvement des Femmes Porteuses d'Implants et de Prothèses, le MDFPIP, présidé par Murielle Ajello, sera auditionné mardi prochain.

 

 

Prenez le temps de regarder les vidéos des différents intervenants :


Directeur de l'AFSSAPS,

Président du Comité économique des produits de santé,

Ministre du travail, de l'emploi et de la Santé, 

Président de la Commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé,

Président de la Commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé, (CNEDiMTS)

Président de la Haute Autorité de Santé, (HAS)

Représentants de l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales, (ONIAM)  

La Société française de chirurgie orthopédique et traumatologique,

L'ordre des médecins,

Représentants du Laboratoire national de métrologie et d'essais, (LNE)

Sociologue et ethnologue,

Chirurgien plasticien ...

 

Toutes ces personnes ont, de près ou de loin, une importance dans le circuit des dispositifs médicaux et chacun pointe les dysfonctionnements et les points à améliorer afin que de tels scandales sanitaires ne puissent plus se reproduire.

 

 

Cette Mission doit rendre ses conclusions et propositions pour la mi-juillet.

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP


  

Repost 0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 19:53

solidarite.jpg

 

Triste anniversaire vendredi 30 mars : 2 ans déjà !

 

Ce scandale sanitaire sans précédent a été révélé il y a 2 ans ... les médias en ont parlé, mais pas suffisamment car certaines femmes n'ont réellement découvert cette affaire qu'en novembre dernier lors de l'annonce du décès d'Edwige.(ici

 

L'occasion de faire un bilan ...

 

Que s'est-il passé depuis ?

 

Eh bien, de mars 2010 à novembre 2011, quasiment rien !

Pourtant l'enquête menée par la cellule "prothèses 13" a très vite établi les faits, la fraude avérée et les preuves très vite rassemblées.(ici)

 

L'enregistrement des plaintes de victimes a été mis en place ... et puis l'attente des résultats d'analyse du gel a été longue ... il a fallu attendre avril 2011 ! (ici)

 

En novembre 2011 Edwige nous quittait ...

 

Beaucoup de personnes semblaient découvrir l'affaire ... les politiques enfin réagissaient et une énorme couverture médiatique a eu lieu pendant un peu plus de 2 mois !

 

Un comité de suivi a été mis en place par le ministère de la santé. (ici) 4 réunions ont eu lieu et ce comité semble s'installer dans la routine ... pour le ministère et les instances sanitaires, tout semble aller pour le mieux ... pour les victimes, c'est autre chose.

 

Si la prise en charge de l'explantation est acquise pour toutes depuis septembre 2010, la réimplantation ne l'est toujours que pour les femmes ayant subi une reconstruction après un cancer du sein ... et encore, certaines doivent toujours payer des dépassements d'honoraires !

 

Les autorités nous disent que toutes les femmes n'ont pas choisi de se faire réopérer ... ce n'est pas un choix ... elles ne peuvent pas payer les dépassements exorbitants que leur demandent encore la plupart des chirurgiens ! (ici)

 

 

Le buzz médiatique est retombé et nous voilà à nouveau

oubliées et livrées à nous même.

 

Le système D, le bouche à oreille pour trouver le chirurgien humain et compréhensif qui accepte d'opérer sans dépassement ... voilà à quoi sont réduites les femmes, alors que tout ceci devrait être organisé par les autorités sanitaires de ce pays. 

 

Je reçois presque tous les jours des témoignages de femmes désemparées et ne sachant plus à qui s'adresser pour être opérées à un tarif raisonnable.

 

Le conseil de l'ordre n'est semble-t-il pas au courant ... que celles qui sont confrontées aux chirurgiens qui pratiquent des dépassements d'honoraires les signalent dans leur région ! (ici)

 

Côté justice, c'est pas beaucoup mieux !

 

Tout est clair depuis le début de cette affaire, les coupables identifiés, les failles des systèmes de contrôles dévoilées ... tout devrait aller vite, et bien non !

 

Le principal coupable, Jean Claude Mas n'a été mis en examen qu'après la 3ème garde à vue.(ici

Mais il a été laissé libre sous contrôle judiciaire avec une caution a payer ... ce qu'il ne fera pas et c'est pour cette raison qu'il a été incarcéré ! (ici)

 

La juge d'instruction nommée en décembre dernier fait aussi de la discrimination parmi les victimes ... elles ne sont pas toutes traitées de la même façon.(voir article)

 

 

Victimes PIP, réagissez, ne laissez pas tomber,

restez unies plus que jamais ! 


 

Témoignez, contactez les politiques, les médias ... faites que "le soufflé ne retombe pas".

 

Une femme a mis en ligne une pétition, signez la et faites la circuler. (ici)

 

Toutes les actions sont bonnes pour ne pas être à nouveau oubliées.

 

Nous sommes en période électorale, rappelez aux politiques leurs promesses, manifestez-vous auprès de vos élus, une enquête parlementaire est en cours ... (ici

 

Si vous souhaitez faire passer des messages, des témoignages, je reste à votre écoute, bouton "contact" dans la barre de menu. 

 

 

Article écrit par Victimes de prothèses PIP


Repost 0

Icone rssIcone facebook

 

 

 

 

 

Cliquez sur ENQUÊTE ci-dessus, quelques minutes pour évaluer l'information reçue avant votre implantation de prothèses mammaires?

Quelle que soit la marque de vos implants.

 

PIP : Sur la bande FM

Ecoutez les dernières informations
concernant l'affaire PIP ...

L'affaire PIP : Les vidéos

Affiche vidéo

Visionnez ici les différents reportages

dédiés à l'affaire PIP ...

Statistiques

Date de création : 22/02/2011

Articles : 339

Visiteurs uniques : 165 779

Pages vues : 367 867

Commentaires : 1438