Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 12:21

Livre-Martine.jpg

 

Aujourd'hui, sortie du livre de Martine Favret, victime des prothèses frauduleuses PIP.

 

PROTHESES IMPLANTS POISON

est disponible dans toutes les BONNES librairies. 

 

Elle a décliné les 3 lettres de Poly Implant Prothèse à sa façon, ces 3 lettres qui ont boulversé la vie de milliers de femmes dans le monde.

 

Son livre est un condensé de ce qu'elle a vécu sur le plan médical et psychologique ainsi que des témoignages d'autres femmes, victimes comme elle de ce scandale sanitaire sans précédent.

 

Martine nous attend le samedi 8 février à la salle des fêtes de TERSANNE dans la Drôme, pour une conférence avec les médias et le public, séance de dédicaces et cocktail. 

 

Pour celles qui ne peuvent pas se déplacer mais qui souhaitent malgré tout une dédicace, envoyez moi vos coordonnées ici, je lui transmettrais.

 

Je souhaite de tout coeur que ce livre lui permette de tourner la page et de se reconstruire.

 

 

Article écrit par Victime de prothèse PIP

 

 


Repost 0
Victime de prothèses PIP - dans Témoignages
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 16:22

enquete1

 

De plus en plus de femmes font part de complications survenues

APRÈS l'explantation de leurs prothèses PIP.

 

Le 21 janvier 2014, un nouveau comité de suivi aura lieu au ministère de la santé et nous avons besoin de vos témoignages pour étayer nos propos.

 

Si vous avez des inflammations, des siliconomes ou toute autre manifestation survenue APRÈS l'explantation de vos prothèses, envoyez moins un message par le biais du bouton "contact" dans la barre de menu du blog.

 

Expliquez moi ce dont vous souffrez et si vous avez des documents médicaux attestant ces manifestations, faites le moi savoir.

 

Votre témoignage est extrêment important pour la mise en place rapide de notre enquête de suivi médical ainsi que pour le procès en cours d'instruction pour "blessures et homicides involontaires".

 

Merci d'avance de vos témoignages.

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP

 

Repost 0
Victime de prothèses PIP - dans Témoignages
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 19:24

 

      Picto Sondage

 

 

J'avais fait deux études de ce sondage, le premier le 24 novembre 2012 (ici) et le 09 décembre 2012 (ici).

 

Demain, se tiendra le comité de suivi,

nous n'en avions pas eu depuis le 10 décembre 2012 !

 

A cette occasion, je refais un bilan ... 259 questionnaires remplis aujourd'hui ... Merci à toutes celles qui ont participé.

 

Q1 : Comment avez-vous eu connaissance de la fraude PIP ?

Par mon chirurgien

 

 47

  18%

Par les médias

 

199

 77%

Other

 

  13

   5%

 

Q2 : Votre implantation était-elle ?

 

A visée esthétique

 

 190

 73%

Reconstructrice après cancer du sein

 

  69

 27%

 

Q3 : Avez-vous été réopérée ?

Oui

 

 229

  88%

Non

 

   30

  12%

 

Q4 : Si oui, pour quelle raison ?

Par précaution

 

 72

 32%

Parce que j'avais des complications

 

 92

 41%

Parce que j'étais inquiète

 

 84

 37%

Parce que mon chirurgien me l'a recommandé

 

 52

 23%

Other

 

  16

  7%

Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.

 

Q5 : Y avait-il des signes de rupture sur vos images radiologiques ?

Oui

 

  77

 30%

Non

 

 182

 70%

 

Q6 : Votre (ou vos prothèses) était-elle rompue(s) ?

Oui

  

 66

 25%

Non

 

193

 75%

 

Q7 : Si elle n'était pas rompue, y avait-il des signes de perspiration (passage du gel à travers la membrane) ?

Oui

 

  112

 43%

Non

 

  147

 57%

 

Q8 : Avez-vous eu des complications ?

Retard de cicatrisation

 

 33

  22%

Inflammation

 

 76

  51%

Coque

 

 49

  33%

Siliconome

 

 29

  20%

Other

 

 29

  20%

Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.

 

Q9 : Avez-vous des signes généraux ?

Fatigue

 

 107

  60%

Fièvre

 

   13

   7%

Douleurs

 

 108

  61%

Ganglions

 

  37

  21%

Perte de poids

 

  16

   9%

Signes dépressifs

 

  81

  46%

Other

 

  23

  13%

Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.

 

 Q10 : Avez-vous remis d'autres prothèses ?

Oui

 

 202

  78%

Non

 

 57

  22%

 

Q11 : Si oui, votre chirurgien vous a-t-il proposé de choisir la marque ?

Oui

 

  50

  19%

Non

 

 161

  62%

 

Q12 : Si non, pourquoi n'en avez vous pas remis ?

Plus confiance

 

  24

  56%

Par peur

 

   16

  37%

Choix personnel

 

    5

  12%

Conseil du chirurgien

 

    5

  12%

Other

 

   15

  35%

Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.

 

Q13 : Votre chirurgien a t-il fait une demande d'entente préalable pour la prise en charge de l'explantation ?

Oui

 

  188

  73%

Non

 

    71

  27%

 

Q14 : Avez-vous payé des dépassements d'honoraires ?

Oui

 

   99

  38%

Non

 

  160

  62%

 

Q16 : Si vous n'avez pas été réopérée, est ce ?

Par choix personnel

 

    6

  12%

Par manque de moyens financiers

 

  23

  47%

Par peur d'une nouvelle intervention

 

    8

  16%

Après en avoir parlé avec votre chirurgien

 

    5

  10%

Other

 

  26

  53%

Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.

 

Q17 : Etes-vous inquiète pour votre avenir ?

Oui

 

  199

  77%

Non

 

   60

  23%

 

Q18 : Si oui, que craignez-vous ?

Apparition d'une maladie

 

  142

   76%

Cancer

  

  120

   65%

Other

  

   26

   14%

Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.

 

Q19 : Avez- vous toujours confiance dans le milieu médical ?

Oui

 

  150

  58%

Non

 

  109

  42%

 

Q21 : Avez-vous confiance dans les autorités sanitaires ?

Oui

 

    51

  20%

Non

 

  208

  80%

 

Q23 : Quelles mesures attendez-vous ?

Une prise en charge financière

 

  195

  75%

Des contrôles plus surs

 

  194

  75%

Un suivi médical au long cours

 

  176

  68%

Other

 

    16

    6%

Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.

 

Q24 : Avez-vous adhéré à une association de victimes ?

Oui

 

  191

  74%

Non

 

   68

  26%

 

Q25 : Si oui, laquelle ?

Association PPP

 

  166

   64%

MDFPIP

 

    19

    7%

Other

 

   74

   29%

 

Q26 : Si non, pourquoi ?

Je n'en vois pas l'intérêt

 

   4

   7%

Je n'en connais pas

 

  21

  39%

Je ne me reconnais pas dans celles qui existent

 

  13

  24%

Other

 

  22

  41%

Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.

 

Q27 : Pensez-vous que les statistiques publiées chaque mois par l'ansm, anciennement AFSSAPS, sont utiles ?

Oui

 

  144

  56%

Non

 

   115

  44%

 

Q28 : Le comité de suivi a-t-il un intérêt pour vous ?

Oui

 

  169

  65%

Non

 

   90

  35%

 

 

Q30 : Vous sentez-vous suffisamment informée ?

 

Oui

 

  120

  46%

Non

 

  139

  54%

 

Q32 : Avez-vous déposé plainte ?

Oui

 

  203

  78%

Non

 

    56

  22%

 

Q33 : Si non, pourquoi ?

Par peur de la justice

 

  2

   4%

Par manque de confiance dans la justice

 

 12

  23%

Par manque de moyens financiers

 

 24

  46%

Other

 

 29

  56%

Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.

 

 

Pas de grand changement par rapport aux 2 premiers bilans ... 

 

Dans les commentaires, les femmes attendent toujours une meilleure information, une meilleur prise en charge et surtout des prix raisonnables. Les problèmes financiers restent une préoccupation importante. 

 

Les dépassements d'honoraires ont tendance à augmenter.

 

Elles sont inquiètes quant aux siliconomes et à leur traitement ... Les chirurgiens ne semblent pas tous d'accord, certains préconisent une simple surveillance quand d'autres proposent une exérèse chirurgicale à chaque nouveau siliconome. 

 

Il serait souhaitable que des recommandations soient faites

sur la conduite à tenir.

 

De plus en plus de femmes se plaignent d'effets indésirables et d'apparition de problèmes de santé.

 

Il serait temps que l'enquête de suivi épidémiologique

au long court démarre enfin.

 

D'autant que des résultats pourraient être utiles dans la procédure pour "blessures et homicides involontaires" en cours d'instruction. 

 

Avec les représentants d'association, je ferais part des remarques et demandes reçues afin de vous apporter les réponses à vos questions.

 

Je ne manquerais pas de vous faire un compte-rendu de ce comité de suivi dans les prochains jours.

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP.

 

 

Repost 0
Victime de prothèses PIP - dans Témoignages
commenter cet article
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 21:45

http://www.rmc.fr/images/article/2012-01-27T133336Z_1_APAE80Q11O200_RTROPTP_3_OFRTP-FRANCE-MARSEILLE-PIP-20120127.JPG

 

Alexandra Blachère a témoigné ce matin au procès PIP. Elle parlait au nom de 2319 adhérentes de l'association PPP et pour toutes les femmes Victimes de cette tromperie.

 

Elle m'a confié son témoignage et je vous laisse le lire.

 

temognage-d-Alex.jpg

temoignage-Alex-2.jpg

Un grand merci à Alexandra pour son engagement depuis 3 ans.

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP


Repost 0
Victime de prothèses PIP - dans Témoignages
commenter cet article
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 23:47

moi-proces.JPG

 

 

Madame la présidente, madame, messieurs, je vous remercie de me laisser témoigner.

 

Le 6 juillet 2009, un dépistage systématique diagnostique un cancer du sein. La tumeur fait 7mn, est de bas grade. Il est prévu une tumorectomie suivie de radiothérapie. Cette intervention a lieu le 18 août 2009. Tout se passe bien, aucun problème de cicatrisation.

Malheureusement, les analyses retrouvent un second foyer et nécessite une ablation totale du sein.

En contrepartie, je ne subirais pas de radiothérapie et pourrait bénéficier d’une reconstruction immédiate. Je ne voulais pas être mutilée.

 

Le 9 novembre 2009, je suis opérée à l’Institut Gustave Roussy, un gros client à vous Monsieur Mas. Une prothèse PIP m’est implantée.

Je vérifie sur internet et suis rassurée de constater que je porte une prothèse française fabriquée en France. Le résultat esthétique est parfait.

3 semaines après l’intervention, lors de la consultation de contrôle, mon chirurgien constate une importante inflammation et ne comprends pas.

Des douleurs articulaires importantes et invalidantes sont apparues.

 

Le 12 décembre 2009, je suis en province pour le mariage de mon frère, je sens de l’humidité sous mon bras et constate la réouverture de la cicatrice. Je protège en attendant de rentrer et je revoie mon chirurgien en urgence.

Il ne comprend toujours pas, referme la cicatrice et je reviens chaque semaine pour surveiller la cicatrisation.  Il signale le début d’une coque.

Début janvier, apparition rapide d’une coque stade 3-4. Incompréhension totale.

Nous nous donnons 3 mois pour faire le point et décider d’une réintervention.

Nous nous revoyons début avril comme prévu, la fraude a été révélée et le chirurgien me propose de changer ma prothèse. Il est scandalisé !

 

Le 3 mai 2010, nouvelle intervention, la prothèse a perdu 10% de son volume en 6 mois et du silicone est retrouvé dans la loge opératoire !

Grand nettoyage, mise en place d’une prothèse américaine.

Tout va bien, les douleurs articulaires disparaissent.

 

Le 6 juin 2010, à nouveau inflammation et retard de cicatrisation. Nouvelle intervention pour nettoyage et drainage en continu pendant 3 jours et 3 nuits afin de sauver cette prothèse. Le chirurgien me prévient que c’est la tentative de la dernière chance.

 

Le 14 juin 2010, jour de nos 30 ans de mariage, ablation définitive de la prothèse, la cicatrisation ne se fait pas et la prothèse est exposée, gros risque infectieux.

La plaie mettra plus de 2 mois à se refermer avec des pansements quotidiens.

 

En septembre 2010, nous décidons d’une reconstruction par lambeau dorsal avec une prothèse, la reconstruction initiale n’étant plus possible, la peau est très abîmée.

Dans un premier temps j’accepte … Puis m’étant beaucoup informée depuis le début de cette affaire, je renonce à la prothèse, je n’ai plus confiance.

 

Je suis obligée de porter une prothèse externe, ce que je ne voulais absolument pas.

 

Le 18 janvier 2011, reconstruction par lambeau dorsal sans prothèse, je suis avertie que je devrais subir 2 à 3 nouvelles interventions pour retrouver un volume suffisant avec des prélèvements de graisse réinjectés dans le sein reconstruit.

Suites opératoires longues, je garde le drain du sein 3 semaines au lieu dune habituellement et 1 mois celui du dos au lieu d’une quinzaine de jours. Je subirais 2 ponctions à cause du phénomène inflammatoire important. Une éruption cutanée apparaît à la sortie du drain, une biopsie conclut à une « dermite de contact » … Le gel ? Il faudrait en prélever de la prothèse pour l’affirmer mais c’est une hypothèse possible et qui ne sera pas vérifiée.

 

Dès le mois de mai, séances de kiné, 2 à 3 par semaines et j’en ai encore aujourd’hui.

 

Les 18 octobre 2011 et 2 juillet 2012, séances de lipomodelages, prélèvement de graisse sur d'autres parties de mon corps pour retrouver du volume. Suivies d’une cure de 3 semaines à la Roche Posay pour améliorer la qualité de la peau et diminuer les adhérences dorsales.

 

En novembre 2012, apparition d’une coque fibreuse sur la cicatrice dorsale.

 

En janvier 2013, une nouvelle intervention est programmée.

 

Le 12 mars 2013, intervention afin d’éliminer cette coque et de redécoller la partie dorsale très adhérente.

 

Avec tous ces arrêts, je suis arrivée en fin de droits et mise en invalidité catégorie 2 le 1er juin 2012 et licenciée pour inaptitude le 1er août 2012.

Vous avez contribué à l’augmentation des dépenses de la sécu et ce n’est malheureusement pas terminé …

 

Donc, je vous confirme Monsieur Mas que votre gel est le meilleur et qu’il n’est pas dangereux … moi aussi, j’ai de l’humour !

 

 

Vos excuses, vous les avez faites devant les caméras, pas face aux victimes.

Par respect pour le tribunal, vous pourriez couper votre portable, nous le faisons toutes.

 

Quant aux 4 autres prévenus, j’ai beaucoup de mal à comprendre et à admettre vos explications. Vous dites être sous l’autorité de Monsieur Mas et ne rien pouvoir changer mais vous dites aussi qu’il est à l’étranger la moitié de l’année … Pourquoi n’avoir rien fait en son absence ?

 

Monsieur Couty, vous aviez le pouvoir de décision. En matière de santé, les finances ne sont pas primordiales.

Vous avez cru ce qu’on vous a dit sur le gel. Je vous donne une arme et je vous dis ce n’est pas dangereux, vous me croyez sans vérifier … Drôle de responsable d’entreprise !

 

Comment pouvez-vous vous regarder encore dans la glace en sachant ce que vous avez fait ? Personnellement, je ne peux plus, les cicatrices et les séquelles me rappellent sans arrêt ce que j’endure par votre faute, même respirer et parler me le rappelle sans cesse. J’espère que vous ne pourrez plus vous regarder dans la glace sans penser à nous.

 

Arrêtez de vous rejeter les responsabilités, vous êtes tous responsables et coupables du mal que vous nous avez causé. Et pas seulement vous, comme vous l’avez déclaré Monsieur Gossart, mais tous ceux qui savaient dans cette entreprise et qui n’ont rien dit.

 

Vous étiez tous atteints par le silicone pour ne rien voir et rien entendre.

 

Non, Mademoiselle Font, vous n’avez pas été à la hauteur ! Vous avez pleuré sur vous pas sur nous. Nos chirurgiens sont très mauvais pour « abîmer » autant les prothèses.

 

Monsieur Brinon, comment pouvez vous regarder votre maman dans les yeux en sachant que vous avez continué ce que d’autres lui ont fait avant vous ? Pas de dangerosité du gel aujourd’hui, mais dans le temps, en êtes-vous sur ?

 

Certes les failles de nos systèmes de surveillance et de certification vont ont aidés, mais vous ne fabriquiez pas des bibelots destinés à être posés sur un meuble mais des prothèses destinées à être implantées dans des corps de femmes.

 

J’espère que les chirurgiens auront pris conscience de l’importance des déclarations d’évènements indésirables et que les procédures de contrôles, d’alertes et de certification changeront.

 

La désinvolture avec laquelle les employés ont témoigné est insupportable, votre manque total de conscience professionnelle est inadmissible. Cette « culture d’entreprise » basée sur le mensonge est indéfendable.

 

Vous avez privilégié vos emplois et vous nous avez occultées.

 

J’ai crée un blog en février 2011 pour suivre cette affaire et informez les femmes Victimes de cette fraude. Je reçois des témoignages du monde entier, tous plus dramatiques les uns que les autres … Nous serions 500 000 d’après les estimations. Ces femmes ne sont pas toutes prises en charge dans les meilleures conditions selon les pays.

 

Pourquoi ne prendre que les victimes à partir de 2001 et pas 1997, date de la certification, puisqu’il a été dit que la fraude avait commencé dès 1997 et même avant.

 

Nous sommes toutes anxieuses pour notre avenir.

 

Nous sommes toutes marquées à vie tant physiquement que moralement ainsi que nos maris, nos compagnons, nos enfants et nos amis, j’espère que vous porterez aussi cette faute grave sur votre conscience jusqu’à la fin de vos jours.

 

 

Madame la présidente, madame, messieurs, nous vous remercions d’avoir permis ce procès, nous croyons en la justice et espérons être entendues.

Nous étions accablées par nos problèmes de santé, nous le sommes plus après ce que nous avons entendu ici.

 

 

Repost 0
Victime de prothèses PIP - dans Témoignages
commenter cet article
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 01:15

 

      Picto Sondage

 

 

 

Un grand merci aux femmes qui ont participé à cette enquête ainsi qu'aux associations PPP et MDFPIP d'avoir diffusé le questionnaire sur leurs sites.

 

Demain le comité de suivi se réunit et je fais un nouveau bilan des questionnaires reçus, soit 188 ce jour.

 

Peu de changement par rapport au premier bilan.

 


Q1 : Comment avez-vous eu connaissance de la fraude PIP ?
 
Par mon chirurgien 36 19%
Par les médias 142 76%
Other 10 5%

Q2 : Votre implantation était-elle ?
 
A visée esthétique 140 74%
Reconstructrice après cancer du sein 48 26%

Q3 : Avez-vous été réopérée ?
 
Oui 166 88%
Non 22 12%

Q4 : Si oui, pour quelle raison ?
 
Par précaution 52 31%
Parce que j'avais des complications 62 37%
Parce que j'étais inquiète 63 38%
Parce que mon chirurgien me l'a recommandé 36 22%
Other 12 7%
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q5 : Y avait-il des signes de rupture sur vos images radiologiques ?
 
Oui 54 29%
Non 134 71%
Q6 : Votre (ou vos prothèses) était-elle rompue(s) ?
 
Oui 45 24%
Non 143 76%
Q7 : Si elle n'était pas rompue, y avait-il des signes de perspiration (passage du gel à travers la membrane) ?
 
Oui 81 43%
Non 107 57%
Q8 : Avez-vous eu des complications ?
 
Retard de cicatrisation 22 20%
Inflammation 54 50%
Coque 33 31%
Siliconome 22 20%
Other 22 20%
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q9 : Avez-vous des signes généraux ?
 
Fatigue 76 61%
Fièvre 11 9%
Douleurs 79 64%
Ganglions 24 19%
Perte de poids 14 11%
Signes dépressifs 59 48%
Other 17 14%
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q10 : Avez-vous remis d'autres prothèses ?
 
Oui 149 79%
Non 39 21%
Q11 : Si oui, votre chirurgien vous a-t-il proposé de choisir la marque ?
 
Oui 32 17%
Non 123 65%
Q12 : Si non, pourquoi n'en avez vous pas remis ?
 
Plus confiance 16 57%
Par peur 12 43%
Choix personnel 4 14%
Conseil du chirurgien 2 7%
Other 12 43%
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q13 : Votre chirurgien a t-il fait une demande d'entente préalable pour la prise en charge de l'explantation ?
 
Oui 134 71%
non 54 29%
Q14 : Avez-vous payé des dépassements d'honoraires ?
 
Oui 77 41%
Non 111 59%
Q16 : Si vous n'avez pas été réopérée, est ce ?
 
Par choix personnel 1 3%
Par manque de moyens financiers 18 47%
Par peur d'une nouvelle intervention 4 11%
Après en avoir parlé avec votre chirurgien 2 5%
Other 26 68%
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q17 : Etes-vous inquiète pour votre avenir ?
 
Oui 143 76%
Non 45 24%

Q18 : Si oui, que craignez-vous ?
 
Apparition d'une maladie 99 74%
Cancer 87 65%
Other 23 17%
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q19 : Avez- vous toujours confiance dans le milieu médical ?
 
Oui 112 60%
Non 76 40%
Q21 : Avez-vous confiance dans les autorités sanitaires ?
 
Oui 40 21%
Non 148 79%
Q23 : Quelles mesures attendez-vous ?
 
Une prise en charge financière 141 75%
Des contrôles plus surs 141 75%
Un suivi médical au long cours 125 66%
Other 11 6%
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q24 : Avez-vous adhéré à une association de victimes ?
 
Oui 153 81%
Non 35 19%
Q25 : Si oui, laquelle ?
 
Association PPP 135 72%
MDFPIP 12 6%
Other 41 22%

Q26 : Si non, pourquoi ?
 
Je n'en vois pas l'intérêt 1 4%
Je n'en connais pas 7 25%
Je ne me reconnais pas dans celles qui existent 11 39%
Other 13 46%
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q27 : Pensez-vous que les statistiques publiées chaque mois par l'ansm, anciennement AFSSAPS, sont utiles ?
 
Oui 105 56%
Non 83 44%
Q28 : Le comité de suivi a-t-il un intérêt pour vous ?
 
Oui 122 65%
Non 66 35%
Q30 : Vous sentez-vous suffisamment informée ?
 
Oui 86 46%
Non 102 54%
Q32 : Avez-vous déposé plainte ?
 
Oui 148 79%
Non 40 21%

Q33 : Si non, pourquoi ?
 
Par peur de la justice   2 5%
Par manque de confiance dans la justice   10 26%
Par manque de moyens financiers   17 44%
Other   21 54%
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Concernant les commentaires :


Les dépassements d'honoraires constituent toujours un très gros problème pour les femmes, la moyenne se situe davantage entre 2000€ et 3000€, allant jusqu'à plus de 4000€.

Quand on sait que certaines femmes n'ont pas fini de payer l'emprunt qu'elles avaient contracté pour leur première intervention, une nouvelle intervention n'est pas envisageable.  

A noter que même dans le cas de chirurgie réparatrice après cancer du sein, certaines femmes ont payer des dépassements d'honoraires allant jusqu'à 3000€.

Je sais que le conseil de l'ordre, le syndicat de chirurgiens et la société française de chirurgie n'ont aucun pouvoir pour contraindre les praticiens à appliquer le "tact et la mesure".

Je pense que le ministère de la santé devrait imposer aux hôpitaux publics d'appliquer un tarif le plus strict possible, à savoir le prix des prothèses et le montant de la réimplantation sans aucun dépassement.

Les inquiétudes des femmes sont multiples : 
Elles craignent les effets à long terme du gel et des adjuvants dans leurs corps, l'apparition de maladie ou de cancer.
Quelques victimes ne peuvent s'empêcher de penser que leur récidive de cancer a un lien avec leur prothèse.

La confiance dans le médical reste partagée, en effet le côté "commercial" prime chez certains praticiens et les décrédibilisent auprès des patientes.
Elles regrettent que les déclarations n'aient pas été plus nombreuses afin de donner l'alerte plus tôt.
Elles souhaiteraient être plus écoutées, mieux conseillées ... Un grand besoin de prise en charge psychologique se fait sentir.

La confiance dans les autorités sanitaires est très entamée, elles rappellent les précédents scandales sanitaires, sont persuadées que tout n'est pas dit, que les choses sont minimisées.

Elles souhaitent plus d'informations, la possibilité de s'inscrire sur un site pour recevoir les alertes en temps réel.

Concernant les associations, elles ne sont pas jugées assez représentatives, mais reconnaissent qu'elles leur ont apporté soutien, écoute, informations et réconfort.

L'ansm et le comité de suivi restent les diffuseurs d'informations, les femmes attendent beaucoup et notamment un suivi à long terme, des décisions rapides et concrètes pour qu'un tel sandale ne puisse plus être possible.

Quant à la justice, les femmes attendent une reconnaissance de leur statut de victimes ainsi que des indemnisations et bien sur la condamnation des coupables de cette fraude. Mais les moyens financiers restent un frein pour que toutes se lancent dans des procédures qui promettent d'être longues et difficiles.


Il est vrai que 188 femmes ne représentent pas toutes les victimes, mais je pense que celles qui ont répondu restent représentatives de tout ce qui se dit sur les forums.

.
La fraude a été découverte il y a près de 3 ans et beaucoup pensent que cette affaire n'interresse plus personne et ne se mobilisent plus autant, elles sont découragées. 

Ce compte-rendu sera envoyé comme le précèdent aux autorités sanitaires et aux chirurgiens en espérant que nous serons écoutées.

J'adresse un appel aux membres du comté de suivi : Les victimes sont dans une grande détresse, écoutez les et prenez les décisions indispensables pour améliorer leur prise en charge à court, moyen et long terme. 


Article écrit par Victime de prothèses PIP

Repost 0
Victime de prothèses PIP - dans Témoignages
commenter cet article
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 15:08

7-decembre-2012-bis.png

 

C'est avec grand plaisir que je me fais le relais de cette initiative

des Victimes de prothèses PIP anglaises.

 

En effet, je suivais cet évènement annoncé depuis quelques jours sur facebook et ce matin, j'ai reçu un message de l'une des femmes à l'origine de cette initiative me proposant d'en parler.

 

Que propose -t-elle ? Que toutes les femmes concernées portent quelque chose de jaune le 7 décembre ... Cette date a été choisie parce que c'est le 7 décembre 2011 que l'AFSSAPS a lancé son alerte internationale suite au décès d'Edwige (voir article)

 

Pourquoi cette action :


Sensibiliser les autorités sanitaires et judiciaires des pays où des femmes sont touchées par ce scandale sanitaire sans précédent.

Demander un fond de solidarité à L'Organisation Mondiale de la Santé pour que toutes les femmes puissent être prises en charge.

 

 

Vous pourrez consulter leur campagne sur cette page ici


 

7-decembre-2012-ter.jpg

 

Je crée une page facebook en français ici

 

Il existe des pages étrangères ... anglaise, espagnole, colombienne


Par solidarité et parce que nous sommes concernées,

merci de vous joindre à ce mouvement et de le partager.

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP


Repost 0
Victime de prothèses PIP - dans Témoignages
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 15:08

Picto Sondage

 

Tout d'abord, je voudrais remercier les femmes qui ont répondu très vite ainsi que l'association PPP d'avoir diffusé l'information.

 

Ce matin, 116 questionnaires étaient remplis.


Voici les premiers résultats, vous remarquerez que c'est assez représentatif de ce qu'on a coutume de lire.

 

 

Q1 : Comment avez-vous eu connaissance de la fraude PIP ?
 
Par mon chirurgien   22 19%
Par les médias   88 76%
Autre   6 5%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=0000e0&chl=
Q2 : Votre implantation était-elle ?
 
A visée esthétique   85 73%
Reconstructrice après cancer du sein   31 27%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=ff9900&chl=
Q3 : Avez-vous été réopérée ?
 
Oui   106 91%
Non   10 9%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=d00000&chl=
Q4 : Si oui, pour quelle raison ?
 
Par précaution   35 33%
Parce que j'avais des complications   41 39%
Parce que j'étais inquiète   44 42%
Parce que mon chirurgien me l'a recommandé   21 20%
Autre   7 7%
chart?cht=bhs&chs=345x180&chbh=24%2C6&ch
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q5 : Y avait-il des signes de rupture sur vos images radiologiques ?
 
Oui   34 29%
Non   82 71%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=00d000&chl=
Q6 : Votre (ou vos prothèses) était-elle rompue(s) ?
 
Oui   27 23%
Non   89 77%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=9601ac&chl=
Q7 : Si elle n'était pas rompue, y avait-il des signes de perspiration (passage du gel à travers la membrane) ?
 
Oui   52 45%
Non   64 55%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=0000e0&chl=
Q8 : Avez-vous eu des complications ?
 
Retard de cicatrisation   18 28%
Inflammation   38 59%
Coque   17 27%
Siliconome   8 13%
Autre   12 19%
chart?cht=bhs&chs=345x180&chbh=24%2C6&ch
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q9 : Avez-vous des signes généraux ?
 
Fatigue   42 56%
Fièvre   7 9%
Douleurs   54 72%
Ganglions   10 13%
Perte de poids   8 11%
Signes dépressifs   32 43%
Autre   6 8%
chart?cht=bhs&chs=345x240&chbh=24%2C6&ch
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q10 : Avez-vous remis d'autres prothèses ?
 
Oui   96 83%
Non   20 17%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=dcca02&chl=
Q11 : Si oui, votre chirurgien vous a-t-il proposé de choisir la marque ?
 
Oui   18 16%
Non   81 70%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=00d000&chl=
Q12 : Si non, pourquoi n'en avez vous pas remis ?
 
Plus confiance   9 56%
Par peur   6 38%
Choix personnel   3 19%
Conseil du chirurgien   1 6%
Autre   6 38%
chart?cht=bhs&chs=345x180&chbh=24%2C6&ch
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q13 : Votre chirurgien a t-il fait une demande d'entente préalable pour la prise en charge de l'explantation ?
 
Oui   84 72%
non   32 28%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=0000e0&chl=
Q14 : Avez-vous payé des dépassements d'honoraires ?
 
Oui   48 41%
Non   68 59%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=ff9900&chl=
Q16 : Si vous n'avez pas été réopérée, est ce ?
 
Par choix personnel   1 4%
Par manque de moyens financiers   11 44%
Par peur d'une nouvelle intervention   1 4%
Après en avoir parlé avec votre chirurgien   1 4%
Autre   21 84%
chart?cht=bhs&chs=345x180&chbh=24%2C6&ch
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q17 : Etes-vous inquiète pour votre avenir ?
 
Oui   83 72%
Non   33 28%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=dcca02&chl=
Q18 : Si oui, que craignez-vous ?
 
Apparition d'une maladie   59 75%
Cancer   50 63%
Autre   11 14%
chart?cht=bhs&chs=345x120&chbh=24%2C6&ch
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q19 : Avez- vous toujours confiance dans le milieu médical ?
 
Oui   71 61%
Non   45 39%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=9601ac&chl=
Q21 : Avez-vous confiance dans les autorités sanitaires ?
 
Oui   28 24%
Non   88 76%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=0000e0&chl=
Q23 : Quelles mesures attendez-vous ?
 
Une prise en charge financière   87 75%
Des contrôles plus surs   85 73%
Un suivi médical au long cours   73 63%
Autre   6 5%
chart?cht=bhs&chs=345x150&chbh=24%2C6&ch
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q24 : Avez-vous adhéré à une association de victimes ?
 
Oui   96 83%
Non   20 17%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=d00000&chl=
Q25 : Si oui, laquelle ?
 
Association PPP   83 72%
MDFPIP   9 8%
Autre   24 21%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=dcca02&chl=
Q26 : Si non, pourquoi ?
 
Je n'en vois pas l'intérêt   1 7%
Je n'en connais pas   3 21%
Je ne me reconnais pas dans celles qui existent   4 29%
Autre   9 64%
chart?cht=bhs&chs=345x150&chbh=24%2C6&ch
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.
Q27 : Pensez-vous que les statistiques publiées chaque mois par l'ansm, anciennement AFSSAPS, sont utiles ?
 
Oui   69 59%
Non   47 41%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=9601ac&chl=
Q28 : Le comité de suivi a-t-il un intérêt pour vous ?
 
Oui   76 66%
Non   40 34%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=0000e0&chl=
Q30 : Vous sentez-vous suffisamment informée ?
 
Oui   53 46%
Non   63 54%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=ff9900&chl=
Q32 : Avez-vous déposé plainte ?
 
Oui   91 78%
Non   25 22%
chart?cht=p&chs=345x150&chco=d00000&chl=
Q33 : Si non, pourquoi ?
 
Par peur de la justice   1 4%
Par manque de confiance dans la justice   5 20%
Par manque de moyens financiers   11 44%
Autre   12 48%
chart?cht=bhs&chs=345x150&chbh=24%2C6&ch
Les utilisateurs peuvent cocher plusieurs cases, donc les pourcentages peuvent être supérieurs à 100 %.


Maintenant, je vais vous faire part des remarques et commentaires.

 

Concernant les dépassements d'honoraires : 2 femmes n'ont payé que leurs prothèses, de l'ordre de 500€, pour les autres les montant s"échelonnent de 600€ à 41OO€ avec une majorité entre 1500€ et 2500€. A notre que même dans le cadre de la chirurgie reconstructrice après cancer, certaines ont payé des dépassements d'honoraires.

C'est un frein majeur pour celles qui n'ont pas été réopérées.

 

Leurs inquiétudes :

Les femmes sont dans leur majorité très inquiètes, angoissées et s'interrogent beaucoup quant à l'avenir. Elles signalent des séquelles de leurs interventions pour certaines, la frustration de ne pas avoir pu allaiter leurs bébés pour d'autres.

Ce qu'elles craignent le plus, c'est le devenir de ce gel frauduleux et de leurs adjuvants dans leurs corps, ainsi que l'apparition de maladies ou de cancer. Certaines s'interrogent sur le lien entre leur récidive de cancer et la prothèse.

 

Concernant la confiance dans le milieu médical, elles déplorent le côté "commercial" des chirurgiens, signalent une très mauvaise prise en charge et ne pas avoir été prévenues par leur chirurgien. Elles aimeraient un rappel à l'ordre, voire des sanctions, pour les chirurgiens qui profitent de la situation.

 

Plusieurs femmes déplorent un manque d'humanité et de considération de la part des praticiens.

Elles aimeraient une harmonie dans les discours, en effet certaines signalent que leurs praticiens minimisent les conséquences et ne sont pas à l'écoute lorsqu'elles signalent des troubles ou des symptômes, au point que certaines se sont demandé si ce qu'elles ressentaient était réel et finissaient par douter d'elles même.

 

Certaines pensent que la fraude aurait pu être découverte plus tôt si tous les chirurgiens avaient signalé les problèmes à chaque fois aux autorités sanitaires.

 

En majorité, elles ont perdu la confiance envers ces autorités sanitaires, déplorent les contrôles inexistants ou inefficaces, le manque de réactivité, la lourdeur du système, le manque de communication avec les autres pays.

 

Elles rappellent tous les scandales sanitaires de ces dernières années, sang contaminé, hormones de croissance, amiante, médiator, sans que toutes les leçons en aient été tirées.

 

Elles sont persuadées qu'on ne leur dit pas toute la vérité concernant les risques liés aux composants du gel frauduleux. 

 

Concernant les associations, elles regrettent que seules les associations soient écoutées et invitées aux réunions. Ces dernières ne sont pas jugées assez représentatives.

Mais beaucoup de femmes ont trouvé écoute, soutien, information et réconfort auprès d'elles.

 

Concernant l'ansm et le comité de suivi, elles attendent plus d'informations et d'écoute, que des décisions soient prises rapidement pour que cela ne se reproduise plus.

 

Elles souhaitent un suivi médical et une meilleure prise en charge, tant médicale que financière et surtout psychologique. 

.Certaines préconisent de pouvoir s'inscrire sur un site afin d'être informées en temps réel et alertées et en cas de problèmes.

 

Concernant la justice, le frein est encore financier pour certaines. Le manque de confiance est aussi présent, surtout au vu des peines minimes encourues.

Qu'en est-il des expertises sur les prothèses explantées ?

 

 

Voici un premier état des lieux concernant ce scandale sanitaire.

 

 

Je voudrais rappeler aux femmes qu'elles n'ont pas besoin d'avocat pour déposer plainte et qu'elles ont jusqu'à mars 2013 pour le faire. (voir ici)

 

Surtout, n'hésitez pas à laisser vos commentaires et à poser vos questions.

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP

 


Repost 0
Victime de prothèses PIP - dans Témoignages
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 22:42

Picto Sondage

 

Il y a bientôt 3 ans que la fraude a été découverte, un an qu'Edwige nous a quitté, près d'un an qu'un comité de suivi a été mis en place ...

 

Je vous propose de faire un état des lieux en répondant à quelques questions

 

Cliquez ici pour répondre. 

 

Je vous remercie de votre participation et ne manquerais pas de vous communiquer les résultats.

 

 

Article écrit pat Victime de prothèses PIP


Repost 0
Victime de prothèses PIP - dans Témoignages
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 13:51

Régions de France

Je reçois de nombreux messages de femmes qui souhaitent se regrouper

par région pour se rencontrer ou échanger.      

  

Certaines sont isolées, leur entourage n'étant pas au courant de leur intervention.

 

Je veux bien servir d'intermédiaire, par le biais de ce blog. 


Pour celles qui souhaitent être mises en relation avec des femmes de leur région, envoyez moi un message via le formulaire de contact du blog en donnant une adresse mail valide où vous souhaitez être contactée, n'oubliez pas de préciser votre région.

 

 

Article écrit par Victime de prothèses PIP


Repost 0
Victime de prothèses PIP - dans Témoignages
commenter cet article

Icone rssIcone facebook

 

 

 

 

 

Cliquez sur ENQUÊTE ci-dessus, quelques minutes pour évaluer l'information reçue avant votre implantation de prothèses mammaires?

Quelle que soit la marque de vos implants.

 

PIP : Sur la bande FM

Ecoutez les dernières informations
concernant l'affaire PIP ...

L'affaire PIP : Les vidéos

Affiche vidéo

Visionnez ici les différents reportages

dédiés à l'affaire PIP ...

Statistiques

Date de création : 22/02/2011

Articles : 338

Visiteurs uniques : 163 913

Pages vues : 365 089

Commentaires : 1432